Le Mozambique n’arrive plus à honorer des dettes

Depuis qu’a été découvert en avril 2016 l’existence d’environ 1,4 milliard FCFA de dettes dissimulées par le Mozambique, la situation économique de ce pays d’Afrique australe n’a cessé de se dégrader. Le ministère de l’économie de ce pays vient d’annoncer à ses créanciers que le Mozambique ne sera pas en capacité d’assurer le paiement des intérêts de sa dette à l’échéance du 18 janvier. La somme que le Mozambique devait acquitter à ses créanciers était pourtant inférieure à 60 millions de dollars.

Perte de confiance

« Le ministère de l’Économie et des Finances du Mozambique souhaite informer les détenteurs des 726,5 millions de dollars de titres émis par la République, que le paiement d’intérêts d’une valeur de 59,7 millions de dollars dus le 18 janvier ne sera pas honoré [en raison] de détérioration de la situation macroéconomique et fiscale […] La capacité de remboursement de dette du Mozambique qui en résulte est donc extrêmement limitée en 2017, et ne lui permet pas de payer les intérêts des titres » C’est en ces termes que le gouvernement du Mozambique a informé ses créanciers et l’opinion de son défaut de paiement.

En mars 2016, le Mozambique, désormais classé parmi les pays qui présentent un risque de défaut par les grandes agences de notations, avait souscrit auprès des marchés financiers un important emprunt sous la forme d’obligations souveraines d’un montant global de 726,5 millions de dollars. Les créanciers avaient accordé leur confiance au Mozambique, en se fondant sur les perspectives positives des analystes basées sur la découverte d’importantes réserves de gaz dans le pays. Un mois plus tard, les créanciers qui avaient fait confiance au Mozambique ont été surpris d’apprendre qu’un stock de dette supplémentaire de 1,4 milliard de dollars ayant notamment servi à financer des programmes militaires leur avait été caché. Les données sur la base desquelles ils avaient accordé leur confiance au Mozambique avaient été volontairement faussées.

Gel de l’aide budgétaire par les bailleurs de fonds

La dette souveraine du Mozambique en pourcentage de son PIB s’est ainsi accrue de plus de 50% passant de 86% en 2015 à 130% en 2016. Plusieurs bailleurs de fonds ont gelé l’aide budgétaire dont le pays bénéficiait jusque-là.

En choisissant le défaut de paiement des intérêts de sa dette extérieure, le Mozambique a privilégié ses dépenses internes au moment où sa situation budgétaire est particulièrement difficile. Ce défaut va cependant éroder encore plus la confiance des investisseurs dans la signature de ce pays, qui mettra certainement plusieurs années à retrouver un niveau de crédibilité acceptable sur les marchés.

Actuellement, le Mozambique est en discussion avec le FMI dont il a sollicité l’aide. L’institution de Bretton Woods a cependant exigé qu’un audit international indépendant soit mené sur la situation de finances publiques du pays comme préalable à toute aide. L’audit est en cours et ses conclusions sont attendues en février 2017.

Laisser un commentaire