Niger – Issoufou : promesse d’une transition pacifique en 2021, tiendra-t-il sa parole ?

Le président du Niger, Mahamadou Issoufou
Le président du Niger, Mahamadou Issoufou

NIGER POLITIQUE – Le président du Niger Mahamadou Issoufou a déclaré samedi qu’il ne modifierait pas la constitution afin de briguer un troisième mandat en 2021. La constitution du Niger limite le président à deux termes de cinq ans. Issoufou, âgé de 65 ans, a été réélu en mars de l’année dernière après la fin de son premier mandat, bien que les élections aient été boycottées par l’opposition.

« L’une de mes plus grandes ambitions est d’organiser des élections libres et transparentes en 2021 et de passer le relais à un autre nigérien que les Nigériens auront choisi », a déclaré le président lors d’une interview à la télévision nationale à l’occasion du premier anniversaire de son inauguration pour son deuxième mandat le 2 avril 2016.

Issoufou, le premier président nigérien à garantir une transition pacifique

« Moi, je suis un démocrate de cœur […] Je n’ai pas l’arrogance de penser que je suis un homme providentiel irremplaçable », a déclaré le chef de l’État.

Son prédécesseur, Mamadou Tandja, a été renversé en 2010 par un coup d’État militaire pour avoir modifié la constitution afin de rester au pouvoir à la fin de ses deux mandats légaux de cinq ans.

Le Niger, l’un des pays les plus pauvres du monde, mais riche en uranium, n’a jamais connu un réel transfert de pouvoir démocratique depuis son indépendance en 1960. Le processus démocratique entamé en 1993 a souvent été interrompu par des coups militaires.

Selon Issoufou « le Niger a besoin de solides institutions démocratiques ». Si effectivement il s’incline, il sera le premier président démocratiquement élu à assurer une transition de pouvoir pacifique dans son pays.

 

Laisser un commentaire