Nigeria : Un avion militaire tue 52 personnes par erreur

Un avion de chasse nigérian a commis une bavure mardi lors d’une opération en frappant des réfugiés dans un camp de déplacés internes ainsi que des travailleurs humanitaires avec le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), selon les responsables nigérians et la Croix-Rouge. Le gouvernement nigérian n’a fourni aucun bilan officiel des morts, mais une organisation humanitaire a déclaré que plus de 50 personnes ont été tuées dans le camp de Borno, dans le nord-est du pays. L’opération visait le groupe terroriste Boko Haram, selon l’armée. Le major général Lucky Irabor, commandant de l’armée nigériane, a déclaré lors d’une conférence de presse à Maiduguri que deux soldats ont été «?affectés?» pendant l’opération.

Médecins Sans Frontières condamne cette attaque inacceptable

L’ONG Médecins Sans Frontières (MSF) a immédiatement condamné cette «?attaque à grande échelle contre des personnes vulnérables?». MSF a déclaré que 52 personnes ont été tuées et 120 autres blessées.

Le groupe humanitaire, qui a des équipes dans la région, a qualifié l’incident de «?choquant et inacceptable?».«?Nous demandons instamment à toutes les parties de faciliter les évacuations médicales par avion ou par voie terrestre pour les survivants qui ont besoin de soins d’urgence?», a déclaré Jean-Clément Cabrol, directeur de Médecins Sans Frontières Opérations.

L’ONG humanitaire a tweeté des images de structures détruites et de plusieurs blessés, dont au moins un enfant gravement blessé. Les équipes de médecins sans frontières fournissent des premiers secours aux blessés dans leur établissement de Rann, selon le groupe. Ils se préparent également à traiter les patients évacués du camp de réfugiés. Le CICR Afrique a indiqué sur Twitter que six membres de la Croix-Rouge nigériane avaient été tués et 13 autres blessés.

Borno, terre de réfugiés

Borno, qui borde le Cameroun, le Tchad et le Niger, abrite la plus grande population de réfugiés au Nigeria, la majorité déplacée par les combats entre les troupes gouvernementales et les insurgés, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OMI).

Sur les quelques 1,8 million de personnes déplacées par le conflit, 92 % sont logées dans des camps dans les États de Borno, Adamaw et Yobe, a rapporté l’organisation le mois dernier.

«?Le Président (Muhammadu) Buhari compatit avec les familles des morts, souhaite un bon rétablissement complet, et sympathise avec le gouvernement de l’État Borno?», a déclaré le président dans un communiqué.

 

Laisser un commentaire