Nigeria : « bénin city » une ville qui prépare des prostituées pour les trottoirs européens

© Dakar-Echo

Actualité Nigeria – Bénin city est la capitale de l’État d’Edo dans le sud du Nigeria. Cette ville de près de 1,500 million vit de la prostitution. La plupart des prostituées nigérianes en Europe sont originaires de cette ville. Connue pour avoir été l’Empire puissant qui a su repousser les Britanniques il y’a deux siècles, Benin City est reconnu aujourd’hui comme un lieu d’exportation des 90 % des prostituées nigérianes qui font le trottoir en Europe particulièrement en Italie et à Paris.    

Ce nouveau type de traite prend de l’ampleur. Des milliers de femmes sont envoyés en Europe à des fins de prostitution. Certaines se voient obligées de continuer pour rembourser une dette énorme ou pour protéger leurs familles menacées par les gangs violents.

Une ville immense qui abrite un réseau de prostitution en destination d’Europe

Selon l’Organisation internationale pour les migrants, en 2016 plus de 37.000 migrants ont été enregistrés, la plupart venaient du Nigeria plus précisément au Bénin city. Bénin city est une ville immense au sud du Nigeria. Bénin city est actuellement un lieu connu pour l’immigration clandestine. Une nouvelle « traite de Noire » s’effectue entre l’Afrique de l’Ouest, le Maghreb et l’Europe, Bénin city est aujourd’hui le lieu incontournable de ce commerce triangulaire, un point de départ important pour aller vers l’Europe.

Des milliers de jeunes filles quittent de cette ville pour objectif final la France ou l’Italie. Issues pour la plupart de milieux pauvres, elles prennent contact avec les cartels de la drogue ou des femmes « proxénètes » en Europe qui organisent des voyages, fournissent des papiers falsifiés en leur promettant une vie meilleure et des études en Europe. Il existe plusieurs réseaux de traites organisés par des gangs armés très violents. La plupart des victimes sont recrutées très jeunes entre 12 et 14 ans pour une garantie de docilité. Pour signaler aux passeurs de la virginité de certaines, les trafiquants les habillent en blanc lors du passage vers la Méditerranée.

Une destination de rêve qui devient rapidement un enfer pour ces jeunes filles

En quittant du Nigeria, certaines pensaient trouver l’eldorado en Europe, elles finissent très souvent esclaves de proxénètes. En partant de leur pays natal, ces jeunes filles sont encadrées par des femmes qui leur promettent qu’en Europe, elles auront la possibilité de poursuivre leurs études et de trouver du travail. Ces « mama » autoritaires et parfois violentes sont des mères maquerelles qui exigent le remboursement du passage très rapidement. Les jeunes filles sont alors obligées de se donner à la prostitution dès le lendemain de leur arrivée.

Arrivées en Europe c’est la désillusion. Elles se retrouvent souvent à vendre leur corps pour des rapports sexuels entre 5 et 15 euros dans le but de rembourser le prix du passage estimé entre 20.000 et 50.000 euros. Tous les dix jours, il faut verser 1.000 euros aux mamas sans toucher un centime si tu espères rembourser ta dette de 30.000 euros pendant trois ans. Le Nigéria n’est pas le seul pays par lequel passent ces jeunes filles, il y a également la Libye mais c’est de lui que part le plus grand nombre de migrant vers l’Italie. Malgré le nombre de décès chaque année, ils nourrissent un rêve celui de vivre en Europe en dépit des conditions parfois très difficiles.

 

Laisser un commentaire