Nigeria : Etisalat cède 45% de son actionnariat à un consortium de banques suite à un défaut de paiement

premiumtimesng.com

Economie Nigeria – Le N°4 du marché de la téléphonie mobile au Nigeria, Etisalat, se voit contraint de céder 45% de son actionnariat à un consortium de banques. En 2013, Etisalat a emprunté $1,2 milliards auprès de banques locales afin de développer son réseau. Toutefois, se trouvant dans l’incapacité de faire face aux échéances, l’opérateur GSM a manqué de convaincre les banques à renégocier les termes du prêt. Ainsi, pour défaut de paiement ces banques se sont emparées des parts d’Etisalat Group.

La crise monétaire a largement contribué aux difficultés d’Etisalat

La crise de la monnaie locale, le Naira, qui a duré deux années avant d’aboutir à une dévaluation qui a précipité les difficultés financières d’Etisalat. La dépréciation du Naira vis-à-vis du dollar américain (plus de 60% depuis juin 2016) s’est traduite par un service de la dette plus élevé tandis que les coûts opérationnels de l’entreprise ont également augmenté de manière significative compte tenu de l’inflation.

A présent, Etisalat Nigeria, qui conserve son nom et dont les services ne seront pas perturbés, est à la recherche de nouveaux investisseurs, probablement étrangers. Avec 20 millions d’abonnés à son réseau, cette acquisition est une opportunité dans un secteur en pleine croissance pour les investisseurs.

Etisalat n’est pas la seule entreprise victime de la crise économique au Nigeria. La pénurie de devises étrangères (notamment le dollar) causée par la baisse drastique des recettes nationales suite à  l’écroulement des cours pétroliers a touché de nombreux secteurs tels que : (i) l’aviation, les compagnies aériennes étrangères ont réduit le nombre de vols vers le Nigeria et les compagnies nationales ont soit cessé toutes opérations ou repris par l’Etat fédéral ; (ii) l’industrie où les importations étaient restreintes et plus coûteuses ; et (iii) les services bancaires avec un taux record de créances douteuses.

Le Nigeria est la première puissance économique de l’Afrique. La croissance économique est en baisse depuis 2015 où elle atteignait 2,7% contrairement aux 6,3% de croissance en 2014. En 2016, la croissance est négative à (1,7%) mais elle est anticipée remonter à 0,6% en 2017 selon le Fonds monétaire international.

Laisser un commentaire