Nigéria : l'Etat de Jigawa décrète un jour férié pour prier pour Buhari

L’actuel président nigérian Muhammadu Buhari (à gauche) en congé médical depuis deux mois ; Umar Yar’Adua, mort au pouvoir en 2010 © Nigeria News

Politique Nigéria – Le gouverneur de l’Etat de Jigawa, dans le nord du pays, a décrété ce jour comme férié pour permettre à ses populations de prier pour le président.

Il ne se passe plus un jour sans que l’état de santé de Muhammadu Buhari ne soit évoqué d’une manière ou d’une autre. Et cela, aussi bien au Nigéria, que dans les autres pays du continent. Que ce soit pour exiger sa démission, demander des éclaircissements sur le mal qui ronge le président, rassurer les populations ou encore lancer des appels à la prière. C’est pour cette dernière raison que le gouvernement de Jigawa, s’est manifesté jeudi.

Une décision prise le 5 juillet dernier en conseil exécutif.

Dans un communiqué lu par Alhaji Isma’il Ibrahim, chargé des Relations publiques, il a été annoncé aux habitants que le vendredi 7 juillet serait un jour chômé. « Pendant ce jour, nous attendons que tous les fonctionnaires et les autres citoyens prient Allah le Tout-Puissant afin qu’il accorde une guérison rapide à notre président. »

Le Nigéria, en pleine crise politique et constitutionnelle ?

La situation politique actuelle du Nigéria causée par la longue absence du président Buhari, inquiète. D’aucuns affirment que le pays traverse actuellement une crise multisectorielle. En effet, dans un article paru il y a un mois, dans un magazine américain, un historien nigérian a comparé le cas de Buhari à celui de Yar’Adua, estimant que le pays est actuellement plongé dans une crise « politique et constitutionnelle ». Un papier qui a fortement fâché la présidence. Garba Shehu, porte-parole, a fait une sortie pour réfuter la comparaison. Selon lui, les deux cas ne sont pas comparables car Buhari a suivi la Constitution a la lettre, en transmettant officiellement ses fonctions à son vice-président par écrit.

D’autre part, les promesses de campagne du candidat Buhari tardent à se concrétiser. S’il avait promis de lutter contre la corruption, les tribunaux n’ont jusqu’ici prononcé aucune condamnation. Niveau économique, le cas du Nigéria n’a rien de reluisant. Les espoirs qui reposent actuellement sur d’Osinbajo restent très élevés. Néanmoins les experts, se posent la question du réel pouvoir de décision détenu par le Vice-président. Ce dernier, bien que président par intérim, hésiterait selon certaines sources, à prendre des décisions de son propre chef.

Laisser un commentaire