Nigéria : Plus de 25 millions d'infirmes dans le pays

Crédit photo : speakjhr.com

Société Nigéria – Le Docteur Joseph Ify Chikunie, coordinateur national de l’AIPD (Association of Indigenous People with Disabilities) a déclaré que plus de 25 millions de Nigérians souffrent d’une forme d’infirmité physique et que plus de 3,5 millions d’entre eux ont du mal à se déplacer.

Dr Chikunie, conférencier à l’université de Lagos et lui-même souffrant d’une infirmité, a déploré le manque de programme et d’assistance de l’État pour venir en aide aux infirmes alors que selon lui, ce sont des personnes qui ont besoin de la protection du gouvernement.

Aujourd’hui, sur un total de 173,6 millions de personnes (en 2013 selon la Banque Mondiale), les 25 millions d’infirmes représentent un peu plus de 14% de la population du pays. Autant de personnes qui par manque d’infrastructures et de prises en charge, se retrouvent parfois à mendier dans les rues.

Adapter les infrastructures et employer les infirmes

Selon le Dr Chikunie, les infrastructures existantes aujourd’hui au Nigéria ne sont pas toujours accessibles aux handicapés :

«J’ai observé avec de la peine une jeune femme, qui avait de l’argent en banque mais était incapable de le retirer au distributeur automatique. Cette femme utilisait un fauteuil roulant et le distributeur automatique était un peu haut pour son fauteuil. Elle a donc essayé de retirer son argent avec sa carte mais est tombé en s’étirant un peu trop ; elle a multiplié les essais mais en vain. Si l’entrée destinée à la carte était plus basse, elle aurait pu retirer son argent sans difficulté.»

Il rappelle également qu’il existe «de nombreux bâtiments dans ce pays qui n’ont pas d’ascenseurs […] ce sont des éléments auxquels le gouvernement et les entreprises devraient penser.»

Afin d’alerter le gouvernement, Chikunie a élaboré un programme composé de 9 points qui devrait permettre de faciliter le quotidien des personnes infirmes.

L’un des points qu’il propose est lié à l’embauche : «au moment ou un infirme sort de l’université, il devrait y avoir un emploi qui l’attend, car qu’il existe de la discrimination sur le marché de l’emploi.»

De plus, différents programmes de formations pratiques seront mis à disposition des infirmes en parallèle de leur programme universitaire. Cette initiative vise à rassurer les futurs employeurs quant aux capacités des personnes handicapés et ainsi faciliter l’embauche.

En ce qui concerne les infirmes qui vivent dans les rues, Chikunie annonce que l’AIPD fera don d’un millier de fauteuils roulants à ceux qui en ont le plus besoin. Il propose également qu’un centre spécialisé accueille ces mendiants infirmes afin de les encadrer et de leur proposer des activités adaptées à leur condition physique.

Chikunie, rappelant son infirmité, rajoute : «nous voulons recevoir des opportunités afin de pouvoir travailler et gagner notre vie […] si je n’avais pas eu la chance d’avoir un oncle qui comprenait l’importance de l’éducation dans la vie d’un infirme, j’aurais été moi aussi dans la rue en train de mendier.»

Laisser un commentaire