Nigeria : plusieurs étudiants nigérians en Inde, victimes de racisme et de violences 

"Le racisme ruine des vies" dit la pancarte tenue par des étudiants africains lors d'une manifestation
« Le racisme ruine des vies » dit la pancarte tenue par des étudiants africains lors d’une manifestation, le 6 février 2016.
© AFP PHOTO / Noah SEELAM

Actu Nigeria — Un groupe d’étudiants nigérians a été violemment agressé par des sujets indiens, qui les accusent d’avoir donné de la drogue à un jeune, ce qui entraina sa mort.
C’est ce lundi 27 mars 2017, dans la ville de Noida, dans l’état d’Uttar Pradesh que des étudiants noirs de nationalité nigériane ont été pris à partir par les populations. Les jeunes Africains avaient entrepris d’assister à la veillée mortuaire d’un adolescent décédé visiblement d’une overdose, et auraient été malmenés au cours des obsèques.
Quelques jours auparavant, un adolescent de la région rendait l’âme. L’enquête qui a été menée par les forces de police, les ont poussés à mettre la main sur cinq Africains qu’ils suspectent d’avoir vendu au jeune les substances illicites à l’origine de son trépas. En début de semaine, le jour de l’agression, les jeunes sont relâchés pour manque de preuves suffisantes pour établir leur responsabilité dans cette affaire.
À peine libérés, les jeunes Africains vont décider de rendre un dernier hommage au jeune indien décédé. Ils se rendent alors à la veillée funèbre qui se déroulait le même jour. Une fois là-bas, les choses vont dégénérer et les populations, convaincues que les jeunes ouest-africains sont à l’origine du décès du défunt, vont se jeter sur eux. Bilan une dizaine de blessés du côté des subsahariens.

De nombreux Africains victimes du racisme en inde.

Après l’incident, la police est intervenue. Cinq assaillants ont été mis aux arrêts et quatre autres sont actuellement en fuite, a finalement annoncé la police. Le ministre des Affaires étrangères a réagi et promis qu’une enquête serait menée pour que lumière soit faite dans cette affaire.
Cette affaire est un nouveau pavé dans la marre afin d’attirer l’attention des autorités sur l’animosité croissante de nombreux Indiens envers les noirs. De nombreux cas d’agression sur des étudiants subsahariens ont été enregistrés dans le pays au cours des cinq dernières années. Le mal avait atteint son paroxysme avec en mai 2016, avec la mort d’un enseignant congolais, dans une attaque à caractère raciste.
Les autorités peinent à trouver des solutions efficaces, et plongent souvent dans le déni face à ce problème de société. En attendant, il ne fait pas toujours bon d’être un noir en inde.

Laisser un commentaire