Nigéria : Les sodas produits dans le pays considérés dangereux pour la consommation humaine

Des canettes de Coca Cola
Des canettes de Coca Cola © jobsnhire.com

Un procès au Nigéria a remis à l’ordre du jour la question de la réglementation sanitaire des produits alimentaires en Afrique. Il semblerait que certaines boissons produites au Nigéria, à savoir le Coca Cola, le Sprite et le Fanta, soient nocives. La Cour suprême de Lagos a demandé qu’un avertissement écrit apparaisse désormais sur les bouteilles.

Cette décision est le résultat d’une bataille juridique entamée il y a presque dix ans par un homme d’affaires nigérian, Fijabi Adebo.En 2007, Fijabi Adebo a fait envoyer une cargaison de Sprite et de Coca produits au Nigeria vers Manchester (Royaume-Uni) afin que les boissons soient vendues dans ses différents magasins. À l’arrivée aux frontières, sa marchandise a été saisie par la douane anglaise qui doutait de l’authenticité des produits. Après une série de tests effectués par les autorités du Royaume-Uni, la marchandise de M. Adebo a été déclarée dangereuse pour la consommation humaine et fut détruite.

En effet, les tests effectués ont démontré que certains sodas produits au Nigéria contiennent un taux élevé d’un conservateur appelé l’acide benzoïque. Bien que l’acide benzoïque soit largement utilisé dans l’industrie alimentaire, il a été prouvé que dans certains cas (par exemple lorsqu’une quantité importante de ce conservateur est consommée en même temps que de la vitamine C), il peut s’avérer nocif pour la santé, allant jusqu’à augmenter le risque de développer des cancers du sang.

Un litige loin d’être résolu

À la suite de cet événement, M. Adebo a engagé un procès contre la NBC (Nigeria Bottling Company, propriétaire de franchise Coca Cola au Nigéria) qui a décliné toute responsabilité et a refusé d’endosser la charge financière liée à l’incident. Plus tard, M. Adebo a décidé d’aller plus loin en impliquant l’agence nationale de sécurité alimentaire, la NAFDAC (National Agency for Food and Drug Administration and Control) en les poursuivant en justice négligence.

Le mois dernier, la Cour suprême de Lagos s’est prononcée contre la NAFDAC et a ordonné à la NBC de rajouter des avertissements écrits sur leurs bouteilles de Sprite et Fanta. Mécontente de ce verdict, la NBC a décidé de faire appel à cette décision et n’a pas encore rajouté la mention d’avertissement à l’étiquetage de leurs bouteilles.

Les représentants de la compagnie déclarent que le niveau d’acide benzoïque présent dans leurs boissons est conforme aux normes internationales fixées par le Codex Alimentarius (programme commun de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture et l’Organisation mondiale de la Santé).

Une consommation à surveiller

M. Adebo a déclaré à la BBC «?J’ai décidé d’aller au tribunal pour contraindre la NAFDAC à faire son boulot […] nous ne devrions pas consommer des produits dont la qualité n’est pas conforme aux normes requises en Europe?». Pour leur part les autorités nigérianes, à travers une annonce du Ministère de la Santé, ont tenu à rassurer la population en déclarant que les boissons concernées ne sont pas dangereuses pour la santé. Le ministre a cependant recommandé aux personnes sous traitement de prendre leurs médicaments avec de l’eau.

Ce litige soulève des inquiétudes importantes à propos des réglementations sanitaires alimentaires de certains pays africains, notamment en ce qui concerne des produits consommés quotidiennement par la quasi-totalité des populations.

Laisser un commentaire