Ouganda : les fonctionnaires invités à s'habiller décemment sous peine de représailles

 

Code vestimentaire fonctionnaires ougendais
Le nouveau code vestimentaire chez les fonctionnaires ougandais fait polémique – Image d’illustration © Designindaba.com

Mercredi, un communiqué du gouvernement ougandais a invité les fonctionnaires civils à bien vouloir se conformer au nouveau code vestimentaire sous peine de représailles. Le communiqué fait parler de lui et fait de nombreux mécontents.

Le communiqué survient après qu’il a été notifié que les agents de l’État s’habillaient de façon indécente et après que de nombreuses femmes ont été victimes de harcèlement dans leur lieu de travail après avoir porté des mini-jupes.

Pour pallier le problème, le gouvernement a pris les décisions suivantes :

  • Les femmes sont appelées à ne porter ni décolletées, ni des vêtements mettant trop en valeur leurs courbes ;
  • Les chemisiers sans manches sont à éviter ainsi que tout vêtement transparent ;
  • Le maquillage et les coiffures extravagantes de même que les teintures de couleur aux cheveux sont interdits.

Par ailleurs, les fonctionnaires sont également tenus de maintenir leurs ongles courts. Finis les ongles de trois centimètres aux diverses couleurs.

Les dames devront désormais porter des robes et des jupes qui retombent au moins sur leurs genoux. Néanmoins, leur est toujours permis de porter des pantalons.

Pour finir, les femmes et les hommes sont invités à porter des chaussures fermées et plates. Les chaussures ouvertes étant interdites sauf sur avis médical.

Des travailleurs inquiets du coût de cette nouvelle mesure

Les hommes quant à eux doivent de conformer à la nouvelle en portant de préférence des chemises blanches à manches longues, des vestes et des cravates. Les pantalons trop serrés de même que les habits aux couleurs vives sont proscrits.

Pour beaucoup, la principale préoccupation semblait être le coût de la mise en œuvre des règles, plutôt que les règles elles-mêmes, et le fait que les travailleurs n’avaient pas été consultés. En effet, selon Agnès Kunihira représentante des travailleurs au parlement, cette mesure viendra amoindri encore plus le revenu des travailleurs et surtout des femmes qui semblent être la cible de ces mesures restrictives. Elle a d’ailleurs déclaré :

« Les femmes reçoivent moins de salaires. Cette directive fera craindre aux femmes leur lieu de travail et la perte de leur emploi parce qu’elles n’ont pas d’argent pour acheter de nouvelles robes et changer les coiffures »,

Malheureusement, la déclaration du gouvernement est sans appel et tous ceux qui ne se conformeront pas aux règles recevraient un avertissement, et les récidivistes seraient confrontés à des mesures disciplinaires.

 

Laisser un commentaire