Ouganda : Stella Nyanzi, la militante qui avait traité Museveni de "paire de fesses", désormais libre

Stela Nyanzi, universitaire et militante connue pour ses propos crus à l’égard du couple Museveni © Daily Monitor

Justice Ouganda — La militante des droits des femmes Stella Nyanzi, a retrouvé la liberté ce mercredi 10 mai. Son procès pour outrage et harcèlement par internet du chef de l’État se tiendra le 25 mai. 

Universitaire engagée pour le droit des femmes, Stella Nyanzi est connue pour ses propos crus, notamment à l’égard du couple présidentiel. Le 10 avril elle avait été arrêtée après une énième sortie remarquée sur les réseaux sociaux. En effet, la militante de 42 ans s’en était une nouvelle fois pris à Yoweri et Janet Museveni. Si d’une part elle reprochait à la première dame, par ailleurs ministre de l’Éducation, de ne pas avoir tenu sa promesse de fournir gratuitement des serviettes hygiéniques aux jeunes filles, elle qualifiait d’autre part, le chef d’État de « paire de fesses ».

Incarcérée depuis un mois, Stella Nyanzi s’est vu accorder a liberté, ce jour, par un tribunal de Kampala. C’est après avoir remis son passeport et après qu’elle et cinq autres personnes aient déposé une caution de 10 millions de shillings ougandais (soit plus de 1,6 million de FCFA) chacun, que le Dr a pu recouvrer la liberté. Selon Reuters, le juge aurait accepté de la libérer après s’être assuré qu’elle ne représentait aucun risque de fuite et n’entraverait pas les enquêtes en cours.

Amaigrie, Stella Nyanzi a donc retrouvé ses proches et comparaîtra à nouveau devant le tribunal le 25 mai. Cette nouvelle audience devrait déterminer si l’accusée est instable psychologiquement.

 

Laisser un commentaire