Ouganda : une taxe sur l’alcool pour financer la lutte contre le VIH

En Ouganda, Waragi désigne toute boisson distillée artisanale.

Ouganda Economie – Le Parlement ougandais à voté en faveur de l’application d’une nouvelle taxe dont les fonds permettront de financer des programmes de lutte contre le VIH/Sida. 

En Ouganda, 68 % du financement pour la lutte contre le VIH provient des donateurs internationaux. Le pays cherche donc à devenir autonome financièrement. C’est dans cette optique que les eaux minérales, bières, liqueurs, et autres boissons alcoolisées se verront désormais soumises à une nouvelle taxe. Conformément au vote des parlementaires, elles subiront donc une imposition de 2%. Une taxe dont les fonds permettront de financer des programmes de lutte contre la maladie.

Le gouvernement espère ainsi récolter près de 2,5 millions de dollars par an. Un montant placé dans un fonds fiduciaire pour la lutte contre le VIH/Sida. Pourtant, la somme peut sembler dérisoire face au 700 millions nécessaires pour la lutte et la prévention chaque année. Toutefois, le but du gouvernement est d’arriver petit à petit vers l’autonomie financière. Cette étape n’est donc qu’un premier pas. « Cette décision a été motivée par le fait que [notre] programme de lutte contre le VIH est largement financé par les partenaires et la communauté internationale. L’idée étant que cela ne soit pas à long terme », a déclaré Sarah Achieng Opendi, la ministre de la Santé qui s’est réjouie de la décision du Parlement.

Les activistes saluent en majorité la décision du Parlement. Néanmoins, ils invitent le gouvernement à allouer un plus gros budget à la santé dans ce pays massivement touché par le sida. Autre inquiétude, la corruption. Ils espèrent en effet que toutes les mesures de sécurité seront mises en place afin d’éviter toute tentative de détournement du fonds fiduciaire.

Laisser un commentaire