Pascaline Bongo Ondimba met en vente sa maison californienne pour 11 milliards de FCFA

17,495 millions de dollars américains. C’est le montant qu’il faudra débourser pour acquérir la somptueuse demeure de Pascaline Bongo Ondimba, sœur aînée du Président gabonais Ali Bongo Ondimba. La bâtisse qui fait près de 836m2 de surface habitable comprend entre autres six chambres, sept salles de bains, un garage, un court de tennis, plusieurs jardins, une piscine ainsi qu’une maison d’hôte détachée de l’ensemble du bâtiment.

Cette charmante maison a été construite en 1949 en Californie, plus précisément à Beverly Hills, très chic quartier californien, lieu de résidence de nombreuses personnalités. De ce que l’on sait, Pascaline Bongo Ondimba vivait dans le même quartier que Simon Cowell, membre du célèbre jury des émissions America’s Got Talent, Britain’s Got Talent, The X Factor et American Idol.

Les photos publiées par l’agence immobilière, gérant la vente, laissent à penser que Pascaline Bongo Ondimba serait une férue d’œuvres d’art abstraites. Amatrice de musique, un grand piano en verre trône au milieu de l’une des pièces de la somptueuse demeure. Dans le salon principal, on remarque également un tableau accroché sur lequel figure le blason gabonais.

Pascaline Bongo Ondimba met en vente sa maison californienne pour 11 milliards de FCFA
Le salon de la maison californienne de Pascaline Bongo © zillow.com

Selon le site d’information BBC News, la fille aînée d’Omar Bongo Ondimba, l’ancien Président gabonais décédé en 2009, aurait acquis cette maison en juin 1997, pour la modique somme de 4,55 millions de dollars (plus de 279 millions de FCFA). À l’époque, elle était encore la toute puissante directrice de cabinet de son père et elle tenait les cordons de la bourse du clan Bongo.

Toujours selon la BBC, la vente de cette maison aurait été enregistrée au compte de la société Aminisha Corp. D’après le site anglais, Pascaline Bongo Ondimba serait à la tête de cette entreprise qu’elle gère avec ses deux enfants Christopher Ping et Nesta Ping.

 

Laisser un commentaire