La police zambienne recrute des Chinois comme officiers de réserve puis les vire face au mécontentement des populations

La Zambie recrute des Chinois dans la police puis se retracte
Les officiers chinois lors de la cérémonie dans les forces de l’ordre. CREDITS : Lusakatimes.com

Zambie Société – La police zambienne a créé la polémique en recrutant huit nouveaux officiers de réserve de nationalité chinoise.
Cette nouvelle a été la source de débats dans le pays, notamment à Lusaka, la capitale zambienne.
En effet, au début de l’année, le chef de la police du pays interdisait – pour des raisons de sécurité – aux agents de police d’épouser des étrangers.
Quelques mois plus tard, huit officiers de réserve chinois sont intégrés aux forces de l’ordre et ont même déjà entamé leur service.
Selon Dickson Jere, ancienne porte-parole de la Présidence, il s’agirait d’une violation de la Constitution du pays selon laquelle, un citoyen possédant une double nationalité ne peut pas intégrer les forces de sécurité. Pour elle, cela représente même une insulte envers les citoyens du pays.
« Lorsque l’on voit l’uniforme de la police, on voit notre identité et notre souveraineté […] Vous empêchez des Zambiens de devenir policier parce qu’ils ont une autre nationalité et vous autorisez des Chinois à être policiers, c’est insensé » a-t-elle déclaré.

La police se rétracte face au tollé général

Du côté de la police, la porte-parole Esther Katongo a expliqué que cette décision était conforme à la Constitution étant donné qu’il s’agissait d’officiers de réserve.
Une explication qui n’a pas su calmer les Zambiens outrés qui estiment que la Chine prend déjà une place trop importante dans leur pays et ce, à plusieurs niveaux.
Face à l’ampleur de l’indignation, elle a annoncé un peu plus tard le retrait des huit officiers chinois, à peine 24 heures après leur cérémonie d’intégration dans les forces de l’ordre.
« Les gens doivent savoir que les nominations des officiers n’ont pas été faites hors du cadre défini par la loi » a-t-elle ajouté en précisant que Kangaja, le chef de la police, est revenu sur sa décision uniquement à cause du tollé général.

Laisser un commentaire