RD Congo : Moïse Katumbi se présentera à la prochaine élection présidentielle

Katumbi se présente à l'élection présidentielle
L’opposant congolais Moïse Katumbi. Source : LaDiplomatie.fr

(APN) – La course à la présidentielle est lancée. Ce lundi à Johannesburg, l’opposant Moïse Katumbi révèle la création de son mouvement politique. En exil, il annonce son retour en RDC en juin pour finaliser sa candidature à la présidentielle.

Exilé en Afrique du Sud depuis mai 2016, l’ex-gouverneur du Katanga présente ce lundi à Johannesburg un nouveau mouvement politique. Intitulé « Ensemble pour le changement », cette coalition de nombreux partis d’opposition s’est réunie trois jours durant. À la suite de cela, Katumbi est désigné président du mouvement. Ce mouvement aux allures d’un parti politique, présente déjà son programme que soutiendra sans aucun doute Katumbi.

Ancien membre du parti de Kabila, Moïse Katumbi s’est rapproché de l’opposition. Malgré sa proximité avec des figures telles qu’Etienne Tshisekedi, ses ambitions présidentielles restaient un secret de polichinelle. Après la disparition de ce dernier, Moïse Katumbi se détache peu à peu du bloc des opposants afin de s’affirmer. Il ira donc en RDC afin de valider sa candidature à l’élection de décembre 2018.

Durant son discours, Katumbi a appelé les congolais à se rassembler autour de lui afin de le porter à la présidence. Il a aussi présenté quelques lignes de son programme promettant la relance économique de la RDC. Il a aussi prôné la paix qu’il entend installer après son accession à la magistrature suprême. « Ce qui nous réunit ici, c’est avant tout le rejet de la dictature qui s’est installée dans notre beau pays et la volonté de bâtir un monde meilleur pour nos compatriotes » a-t-il dit devant plusieurs partisans.

Une opposition divisée ?

Katumbi a pris le soin de ne pas froisser ses collègues de l’opposition qui font partie d’une autre coalition contre Kabila, « Le Rassemblement ». Cependant, le seul bémol de cette cérémonie restait l’absence de représentants de nombreux partis politiques influents tels que : l’UPDS d’Etienne Tshisekedi, l’UNC de Vital Kamerhe et le MLC de Jean Pierre Bemba. Ce qui peut laisser présager que l’opposition abordera cette élection en rang dispersé. Néanmoins la courtoisie est de mise et les divisions ne se font pas ressentir dans les discours.

Félix Tshisekedi, fils d’Etienne Tshisekedi, fondateur de l’UPDS a pris le flambeau depuis la mort de son père. Lors d’un meeting à Kinshasa, ce dernier a tenu à rappeler que Moïse Katumbi a le droit de se présenter à l’élection présidentielle. Aussi, il a ajouté que le fait que l’UPDS présentera son candidat ne change en rien le combat commun que mènent l’UPDS et Moïse Katumbi. Il n’est pas à exclure que plusieurs alliances se feront à l’approche de la prochaine échéance électorale.

Moïse Katumbi est désormais l’un des favoris à la succession de Kabila. Son retour au Congo l’expose à une arrestation car il a été condamné à trois ans de prison pour spoliation immobilière. Les élections qui devaient se tenir depuis 2016 se tiendront probablement en décembre 2018. Kabila ne devrait pas se présenter car la Constitution l’interdit mais beaucoup ne sont pas rassurés et imaginent un passage en force du président actuel.

Laisser un commentaire