RDC : À quand le rapatriement du corps d’Étienne Tshisekedi à Kinshasa ?

Le cercueil d’Étienne Tshisekedi à Bruxelles. © REUTERS/Francois Lenoir

Politique – Du côté de Kinshasa, les rumeurs vont bon train quant à la date du rapatriement de la dépouille d’Étienne Tshisekedi, décédé à Bruxelles il y a près de deux semaines déjà. Il ne se passe pas un jour sans qu’une date ne soit annoncée trop hâtivement. Malgré cette attente interminable, ses partisans attendent de pied ferme le retour de leur leader.

Les conditions de sécurité et le lieu de la sépulture où sera érigé le mausolée de l’opposant historique congolais sont les principaux points d’achoppement. De profondes dissensions subsistent d’une part entre la famille et l’UPDS, le parti du « Sphinx de Limete », et d’autre part  le gouvernement.

Après le décès d’Étienne Tshisekedi  le 1er février dernier à l’âge de 84 ans à la clinique Sainte-Élisabeth à Uccle, en Belgique, les négociations liées au rapatriement de sa dépouille sont toujours au point mort. Les trois partis, à savoir la famille, l’UPDS et le gouvernement, ne sont pas tombés d’accord quant à l’organisation des obsèques du célèbre opposant.

Du côté du camp Kabila, on affirme que l’opposition se sert de la mort d’Étienne Tshisekedi pour faire pression sur le pouvoir, mais également pour influencer la mise en œuvre de l’accord du 31 décembre.
Tandis que le pouvoir souhaite nommer un Premier ministre après que l’opposition lui transmette plusieurs noms, le rassemblement des partis de l’opposition quant à lui, s’y oppose fermement. L’opposition souhaite désigner elle-même celui qui sera par la suite confirmé au poste de Premier ministre par Joseph Kabila.

Toujours aucune date pour le retour d’Etienne Tshisekedi à Kinshasa 

Aujourd’hui, l’UPDS a tenu une conférence de presse à Bruxelles et  a publiquement annoncé que le rapatriement du corps n’était pas encore possible dans la mesure où aucun accord n’a encore été trouvé.
L’autre point de discorde est celui lié aux conditions de sécurité. Les membres de la famille ainsi que l’UPDS, craignent que le gouvernement ne mène une répression sanglante le jour des funérailles.  Félix Tshisekedi, fils Etienne Tshisekedi,  espère pour sa part que les funérailles se déroulent dans le calme, en mémoire de celui qu’on appelait affectueusement « le Vieux », un homme de paix.

Sa famille ainsi que son parti se disent prêts à aider le gouvernement pour que les funérailles se passent sans le moindre affrontement. Mais pour le pouvoir, notamment pour André Kimbuta, le gouverneur de la ville-province de Kinshasa, c’est la famille d’Etienne Tshisekedi qui complique davantage l’équation.

En effet, le camp Tshisekedi  souhaite  que le mausolée de « Sphinx de Limete » soit construit à Kinshasha tout comme celui de Laurent-Désiré Kabila, ancien président et père de Joseph Kabila, assassiné en 2001. Plusieurs sites ont d’ailleurs été proposés au gouvernement, notamment les environs du palais de Justice et du ministère des Affaires étrangères et sur la Place Triomphale. Mais malheureusement, André Kimbuta et le gouvernement n’ont pas accédé favorablement à cette demande.

Laisser un commentaire