RDC : Echange de tirs autour de la résidence de l’opposant Étienne Tshisekedi

Les forces de police de la RDC
Les forces de police de la RDC – © facebook.com/faustin.katanga.5

ACTU RDC – la tension est à son comble à Kinshasa. Des dizaines de personnes parmi lesquels de nombreux journalistes ont été coincés à l’intérieur de la résidence de l’opposant Étienne Tshisekedi, décédé à Bruxelles en février dernier. Son parti, l’UDPS s’apprêtait à donner un point de presse quand  des tirs ont été entendus près de la résidence.

Que s’est-il donc passé dans le quartier qui abrite la résidence de l’ancien leader historique de l’opposition congolaise à Kinshasa? De nombreux témoins rapportent que des affrontements violents et des échanges de tirs ont eu lieu à proximité de la résidence.

«On ne sait pas comment sortir, nous sommes enfermés ici»

Les personnes venues assister au point de presse de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), la principale formation politique de l’opposition, se sont engouffrées dans la résidence de l’opposant pour se protéger et ne pouvaient en sortir.

 Une journaliste du site politico.cd présente sur les lieux témoigne : «Nous sommes ici à la résidence d’Etienne Tshisekedi où venait de se tenir le point de presse. Il y a des crépitements de balles qui fusent de partout. Priez pour nous. On ne sait pas comment sortir, nous sommes enfermés ici» a-t-elle déclaré dans un bref message.

Plus tôt dans la journée des affrontements ont éclaté à Kinshasa après l’échec des négociations sur les arrangements particuliers de l’accord de la Saint-Sylvestre. Des partisans de l’opposition ont érigé des barricades à travers la ville. Les évêques médiateurs de la CENCO ont été reçus par le président Joseph Kabila.

Après plusieurs semaines de négociation, la médiation catholique n’est pas parvenue à obtenir un accord autour de la désignation du Premier ministre du gouvernement transitoire et du président du Conseil national de suivi de l’accord (CNSA).

L’opposition continue de contester la légitimité de Joseph Kabila, dont le mandat a expiré en décembre 2016. Son maintien à la tête du pays est à l’origine de la crise politique qui secoue actuellement la RDC.

Laisser un commentaire