RDC : évacuation de la mine d'or de Namoya sous la menace des milices locales

News RDC – Les dernières entreprises présentes sur le site de Namoya (province du Maniema) fuient la région à cause de l’insécurité grandissante et du nombre croissant d’attaques des milices locales.

Banro, le minier canadien opérant sur le site a publié un communiqué dans lequel il évoquait l’attaque d’un convoi de 23 camions de sous-traitants qui s’est retrouvé au milieu d’un échange de tirs entre les Forces armées de la RDC et des miliciens à Lulimba dans le Sud-Kivu. Les rebelles ont relâché les chauffeurs mais ont confisqué les camions de la société.

Le site de Namoya est l’un des derniers encore ouvert dans la région avec une production annuelle de 100.000 onces. Malheureusement, l’insécurité est grandissante dans la région ; en mars dernier, cinq employés du site ont été pris en otage puis relâchés en échange de rançons.

De plus, les villes de Lulimba, Lubondja, Iseke et Misisi sont déjà tombées sous contrôle des Maï-Maï Yakutumba, groupe armé de la région qui prévoit de prendre également Kindu, capitale du Maniema.

Les familles des expatriés et le personnel ont donc commencé à déserter le camp Namoya en voiture et par avion grâce à Swala Aviation qui procède aux évacuations. Le site n’aura probablement pas d’autres choix que de fermer lui aussi.

Laisser un commentaire