RDC : Journée à haut risque à Kinshasa sur fond de tensions politiques

Une vue de la ville de Kinshasa
Une vue de la ville de Kinshasa – Crédit photo : eyinda.com

Actualité RD Congo – La journée de lundi s’annonce tendue à Kinshasa (RDC). Le rassemblement de l’opposition réuni au tour de Félix Tshisekedi a invité des partisans à une marche pour protester contre la nomination unilatérale de Bruno Tshibala à la primature par le président Joseph Kabila. La veille, la police congolaise a prévenu qu’elle ferait usage de la force pour disperser tout attroupement. À travers la ville on craint que des affrontements n’éclatent entre les opposants et les forces de l’ordre.

Dimanche soir, la ville de Kinshasa a été traversée par une rumeur folle. « Félix Tshisekedi a quitté le pays ce soir ! » pouvait-on lire sur les sites web de certains médias locaux qui s’étonnaient qu’un leader qui appelle ses partisans à manifester s’empresse de quitter le pays quelques heures avant ladite manifestation.

Un itinéraire à haut risque

Sur sa page Facebook Félix Tshisekedi n’a pas tardé à réagir. « Je suis bel et bien à Kinshasa aux côtés du peuple congolais. Je serai demain avec le peuple » a-t-il lancé confirmant son intention de faire de la manifestation de ce lundi une démonstration de force contre Joseph Kabila accusé d’avoir torpillé l’accord politique de la Saint-Sylvestre.

Au sein des partis membres du rassemblement de l’opposition, les militants s’activaient jusque tard dans la nuit pour préparer la marche de protestation. « Bruno Tshibala est un traitre, il ne revenait pas à Joseph Kabila de nommer le Premier ministre, c’est le rassemblement de l’opposition qui devait le faire. Nous ne le reconnaissons pas » a indiqué un proche de l’opposition contacté par africapostnews.com

Pour leur marche, les opposants prévoient de partir du boulevard Triomphal de la ville près du stade des Martyrs jusqu’au Palais de la nation. Une fois aux portes du Palais de la nation, ils comptent déposer un mémorandum sur la crise politique qui s’est amplifiée avec la nomination de Bruno Tshibala au poste de Premier ministre.

« Attroupement illicite »

Cependant, pour le Colonel Mwanamputu, Porte-parole de la Police nationale congolaise, la manifestation des opposants n’est pas autorisée. Pour lui la police fera respecter l’ordre public et dispersera les attroupements.

« Lorsqu’une marche n’est pas autorisée, l’attroupement devient illicite. Donc un attroupement de plus de 10 personnes sera dispersé immédiatement. C’est une journée ordinaire, nous n’allons pas accepter qu’il y ait des gens qui puissent empêcher les autres d’aller travailler. Tous les fauteurs de troubles auront sur leur chemin la Police. » a-t-il déclaré face à la presse.

Du côté de l’opposition, on continue d’afficher de la détermination. « Nous serons dans des rues demain (NDLR ce lundi) pour manifester », a insisté Jean-Marc Kabund, le secrétaire général de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), le principal parti d’opposition.

Laisser un commentaire