RDC : Une opération ville morte lancée par l’opposition paralyse de nombreuses villes du pays

Boulevard Lumumba au niveau de la 13è Rue Limete (Kinshasa), lundi 3 avril 2017 . PH Radio Okapi/Axel Gontcho

Actualité RDC — les principales villes du pays ont tourné au ralenti ce 3 avril 2017, suite à l’appel à la ville morte lancé par l’opposition. Cette manifestation pacifique est un message fort dirigé vers le pouvoir.

Lundi 3 avril 2017, des milliers de Congolais ont répondu à l’appel à la ville morte. Commerces fermés, rues et grandes avenues habituellement bondées presque désertes, transports en commun rares… tel était le spectacle que l’on pouvait observer dans les principales villes du pays. Dans la capitale Kinshasa, les embouteillages monstres qui minent le quotidien des Kinois, étaient aux abonnés absents. La place Victoire au centre de la capitale congolaise, qui fourmille de monde, ne comptait que quelques riverains. Même spectacle dans les villes de Lubumbashi, Mbuji-Mayi, Kananga ou encore à Beni dans le Nord-Kivu. Dans la capitale économique, les rares établissements ouverts ont constaté une affluence timide, au-delà de l’engouement habituel .Des chefs d’entreprises ont également constaté les absences de plusieurs de leurs employés.

À l’intérieur du pays, l’opération ville morte a moins bien réussi ! Dans l’est par exemple de nombreuses villes ont connu leurs affluences habituelles, avec quelques légères perturbations. Mais là-bas nous sommes loin du ralentissement de Kinshasa . À Kisangani et à Goma , l’appel de l’opposition est tombé dans l’oreille de sourds. Même constat dans la ville de Mbandaka, dans la province de l’Équateur . Dans cette dernière, les marchés et les avenues battaient leur plein comme à l’accoutumée.

Une journée ville morte pour «réveiller» le débat politique dans l’impasse 

La journée « ville morte » est la réponse de la population à l’appel lancé par l’opposition le 29 mars .l’appel a été lancé par le biais d’un communiqué lu par le président du « Rassemblement », Félix Tshisekedi ! Cette manifestation pacifique est un message à l’endroit du président de la République actuel Joseph Kabila. l’actuel chef de l’état, dans le mandat officiel s’est achevé en décembre 2016, est accusé par l’opposition du non-respect des accords du 31 décembre 2016. En effet, au cours de ces assises, il avait été décidé que le président congolais nomme un premier ministre issu de l’opposition, afin que soient organisées des élections présidentielles avant la fin de l’année.

Trois mois plus tard, les décisions peinent à se mettre en place. Le 27 mars La Conférence épiscopale nationale des évêques (Cenco), jusqu’ici chargée de la médiation , s’est retirée .Les évêques ont pris à témoin l’opinion nationale et internationale et dénoncer l’impasse politique .Toutefois , ils ont appelé le président à prendre ses responsabilités. Mgr  Ambongo , vice président de la Cenco a déploré le fait que les intérêts personnelles primaient sur l’intérêt supérieur .

De nombreuses actions à venir pour l’opposition contre le blocus politique

Dans son communiqué du 29 , le rassemblement a invité les populations à participer massivement à une série de manifestations de grande envergure dans le pays. L’opération ville morte devait ouvrir le bal ce 3 avril. Puis une grève générale lancée par les syndicats du pays deux jours plus tard (le 5 avril). Les manifestations s’achèveraient par une grande marche le 10 avril 2017 organisée par l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) .Elle vise à « revendiquer l’application de l’accord de la Saint-Sylvestre ».

L’opposition entend par ses actions mettre davantage de pression sur le président Kabila .les opposants l’accusent de « saboter toute initiative tendant à organiser des élections crédibles pour une alternance démocratique ». Les prochains jours s’annoncent agités dans les différentes villes congolaises.

 

Laisser un commentaire