RDC : La manifestation prévue ce lundi se transforme en opération ville morte

Vue de la Place Victoire à Kinshasa en mode « Journée Ville-morte » 3 Avril 2017. Ph. @Zoom_eco

Actualité RDC – Le lundi 10 avril 2017, l’opposition congolaise avait appelé à une grande manifestation contre le président Kabila. Cependant, après le déploiement des forces de l’ordre dans le pays, la grande marche s’est transformée en opération ville morte à Kinshasa.
Elle avait été annoncée la semaine dernière dans le calendrier des manifestations prévues par l’opposition. Pourtant le lundi dernier, la grande marche sous haute tension ,de l’opposition n’a pas eu lieu. Toute la semaine dernière, les principaux opposants réunis derrière le Rassemblement avaient invité les populations à cette manifestation de grande envergure. Avec la nomination de Bruno Tshibala comme premier ministre , ils voulaient dénoncer le non-respect  des accords de la saint sylvestre .
Le boulevard triomphal, lieu de départ de la manifestation, avait été envahi par les forces de l’ordre. Du coup, la ville de Kinshasa a tourné au ralenti pendant toute la journée. Commerces fermés, transports en commun rares, grandes avenues désertes, les Congolais sont restés majoritairement chez eux. Une initiative saluée par l’opposition qui a estimé que l’opération ville morte était aussi un moyen de protestation.
Par ailleurs, cette journée sous haute tension a été marquée par le silence des grandes figures du rassemblement. Félix Tshisekedi Tshilombo , son président, a décollé la veille, créant la psychose et une vague de spéculation. c’est seulement en après-midi, que député Vuemba a expliqué que « Le président Félix Tshisekedi Tshilombo est à Addis-Abeba, contrairement à ce que les médias du pouvoir annoncent, il n’est pas à Paris. Un impératif diplomatique serait à l’origine de ce déplacement .  “Étienne Tshisekedi nous a enseigné de nous prendre en charge. Nous n’avons pas besoin de présences des leaders politiques pour le faire. Que Félix [Tshisekedi] soit au pays ou non, il continue de contribuer à ce combat à sa manière, là où ça l’exige.” A conclu le député.
 

Manifestation avortée, une victoire pour le pouvoir

Malgré la paralysie de la ville de Kinshasa, la manifestation prévue ce lundi apparait comme un échec pour beaucoup. D’ailleurs à l’intérieur du pays, l’activité n’a pas été perturbée. Seule dans la ville de Lubumbashi que des mouvements intenses ont été observé. une centaine de jeunes, bravant l’interdit, ont affronté les forces de l’ordre. La manifestation a finalement été dispersée et des jeunes ont été arrêtés. Les jeunes se manifestants se réclamaient de l’Union nationale des fédéralistes du Congo (UNAFEC) et du Rassemblement.
Pour la majorité présidentielle, désamorcer, ce qu’elle qualifie de “marche anarchique” est une victoire. Ce weekend, le porte-parole de la police nationale, le Colonel Mwanamputu , affirmait qu’il n’y aurait pas de marche le lundi. Il a clamé que la marche aurait été interdite par le gouverneur ville-province de Kinshasa, André Kimbuta. “La Police va appliquer la décision de l’autorité administrative, qui a le maintien de l’ordre public dans ses prérogatives, qui lui sont confiées par la Constitution” a-t-il confié aux journalistes de Politico.cd.
Joignant la parole aux actes, ce lundi, la police nationale, appuyée par l’armée a quadrillé les grandes villes. Tout rassemblement était systématiquement dispersé. Dans les artères de la ville à haut risque, des bataillons de policier avaient investi les lieux. À limete (fief de l’opposition) comme ailleurs, ils n’hésitaient pas à interpeller les fauteurs de troubles.

L’opposition ne compte pas se laisser faire

Dans un communiqué, le rassemblent, principal parti de coalition de l’opposition a réagi aux événements de lundi. Le parti politique a remercié le peuple congolais pour la mobilisation. En effet, si les gens ne sont pas descendus dans les rues, le fait de rester cloîtrés chez eux, a été un signe fort envoyé au président Kabila. L’opposition a jugé la réaction du pouvoir comme une énième violation constitutionnelle, et une entrave au droit démocratique de manifester. Aussi, elle a déploré de nombreuses arrestations, partout dans le pays.
Avec cette deuxième opération ville morte , la première ayant eu lieu 3 avril , l’opposition continue de mettre la pression.celle d’hier, lundi 10 est une demi victoire pour l’opposition qui ne compte pas s’arrêter là .D’ailleurs, le Rassemblement a tenu à clore son propos en invitant la population à rester mobilisée. “Les prochaines actions seront communiquées endéans 48 heures”. c’est par cette note que s’est achevée le communiqué singé par le président du Conseil des sages du Rassemblement, Pierre Lumbi. Un message qui annonce très clairement la détermination de l’opposition congolaise. Le bras de fer entre Kabila et les oppositions congolaises est loin d’être terminé.
 

Laisser un commentaire