RDC : Le premier ministre dévoile un gouvernement de 59 ministres

Bruno Tshibala et ses alliés de l'opposition
Bruno Tshibala lors d’une allocution à la presse le 4 avril 2017, quelques jours avant sa nomination à la tête du gouvernement congolais.
© Junior KANNAH / AFP

Actualité RDC – Ce mardi 9 mai, le gouvernement de Bruno Tshibala a été dévoilé, dans un communiqué. Au total, une soixantaine de ministres, issus de l’opposition et de la majorité. Cependant, les postes-clés restent aux mains de la majorité présidentielle (MP).

 Il aura fallu attendre plus d’un mois après la nomination de Bruno Tshibala pour enfin voir la composition de son gouvernement. C’est finalement mardi dernier, dans un communiqué lu à la télévision nationale, que la liste des membres de cette nouvelle équipe gouvernementale a été rendue publique. Un communiqué signé du président Joseph Kabila et du premier ministre Bruno Tshibala

Comme attendu, de nombreux soutiens de Bruno Tshibala ont intégré le gouvernement. Il s’agit d’opposants qui l’avaient suivi dans son rapprochement avec le pouvoir. Ainsi on note les arrivées de Jean-Pierre Lisanga Bonganga , Joseph Kapika ,  Emery Okundji , Lumeya Dhu Maleghi ou encore Freddy Kita . Ils occupent respectivement les postes de ministre d’État aux Relations avec le Parlement, ministre d’État de l’Économie, ministre des Postes et Télécommunications, ministre des Affaires foncières, et vice-ministre à la Coopération.

En outre, les principaux postes ministériels sont restés inchangés. Les ministères de Défense, des Mines, des Finances, de la Justice ou encore de la Communication gardent à leur tête les mêmes ministres. De plus, Léonard She Okitundu (Affaires étrangères et Intégration régionale), Emmanuel Ramazani Shadary (Intérieur et Sécurité) et José Makila Sumanda (Transports et Communications) restent vice-premiers ministres.

Des oubliés et des protestations

Dans ce gouvernement de 59 membres, les absences de certains frondeurs de l’opposition, alliés de Bruno Tshibala , se font ressentir. Proches du premier ministre, Joseph Oleghankoy et Raphael Katebe Katoto ne figurent pas parmi les élus. Les deux hommes, du rassemblement aile olenghakoy s’étaient dits favorables à une éventuelle entrée au gouvernement. D’ailleurs, Katebe Kototo avait soutenu Bruno la nomination de Bruno Tshibala , estimant qu’elle n’allait pas à l’encontre des accords de la Saint Sylvestre.

L’annonce du nouveau gouvernement n’a pas été bien accueillie pas l’opposition. Les membres du rassemblement, principal parti de l’opposition, ne lui reconnaissent toujours pas de légitimité. Bon nombre estiment que le poste de premier ministre devrait être occupé par Félix Tshisékédi. Un impératif à leurs yeux, pour être en conformité avec les accords du 31 décembre. Au cours de la formation de son gouvernement, Bruno Tshibala avait dû faire face aux membres de son ancien camp.

Pour l’heure, la nouvelle équipe gouvernementale aura pour mission de conduire le pays vers de nouvelles élections présidentielles. En effet , englué dans une crise politique, depuis la fin du mandat de Joseph Kabila , en décembre dernier, le pays vit désormais au rythme des tensions pouvoir-opposition. Un bras de fer qui perdure, à tous les niveaux, même s’agissant de l’enterrement de l’opposant emblématique Étienne Tshisekedi.

Laisser un commentaire