Recul de la croissance économique au Kenya

La Banque centrale du Kenya vient d’annoncer ses projections de croissance pour l’année 2017. Selon ces projections, la croissance économique kényane pourrait connaître un léger recul passant de 5,9% en 2016 à 5,7% en 2017 en raison notamment des  incertitudes du marché mondial.

 Un futur commercial incertain

Ainsi selon Patrick Njoroge, gouverneur de la Banque centrale du Kenya, la sortie attendue du Royaume-Uni de l’Union européenne et la nouvelle politique américaine de Donald Trump jettent un voile d’incertitude sur l’économie kényane. En effet, des accords commerciaux signés pour accéder au marché britannique devront être renégociés.

Par ailleurs, selon Patrick Njoroge, le futur des échanges commerciaux entre les États-Unis d’Amérique et le Kenya sous le traité AGOA (African Growth and Opportunity Act) demeure également incertain. Ces échanges commerciaux comptent pour 5,3% de l’exportation kényane.

Les élections présidentielles pourraient ralentir l’économie

Avec l’avènement de Donald Trump à la Maison-Blanche, les relations commerciales entre le Kenya et les États-Unis risquent d’être profondément modifiées. Le gouvernement Kenya craint notamment la suppression des accords commerciaux préférentiels entre les deux pays. En conséquence, les produits kenyans ainsi que d’autres produits africains pourraient perdre le libre accès au marché américain que leur assurait le traité AGOA.

En outre, les économistes craignent que l’économie kényane ne soit affectée en 2017 par le prochain scrutin présidentiel qui se tiendra en août. En effet, au cours des précédentes élections le pays avait connu quelques turbulences, qui avaient ralenti l’activité économique. Cette crainte n’a toutefois pas été confirmée par le gouverneur Njoroge.

Laisser un commentaire