Réserver sa place à bord d’un minibus ? La réflexion d’Uber au Kénya

Kenya Transport (APN) – La société Uber veut exploiter un nouveau filon au Kenya : la réservation de places à bord des minibus.

Uber estime à plus d’un tiers, le nombre de Kényans empruntant les matatus comme moyen de locomotion principal. En effet, bien que souvent bondés, ces minibus décorés selon les goûts et envies de leurs chauffeurs, restent un moyen de transport très populaire au Kenya. Il suffit d’ailleurs d’une grève des chauffeurs pour désorganiser la tranquillité de circulation des usagers. Pour les désengorger, l’entreprise américaine, implantée depuis 4 ans au Kenya, réfléchit à une solution.

Mercredi, l’un des responsables de la société a annoncé travailler sur l’idée de réservation de places à bord des minibus. En fait, le projet est déjà en test en Egypte et au Mexique. Si les conclusions sont positives, il pourrait également voir le jour dans la capitale kényane. Plus tard encore, s’il est couronné de succès au Kenya, le concept pourra s’étendre aux pays voisins : l’Ouganda et la Tanzanie.

« Nous voulons faire partie de l’écosystème du transport à Nairobi et les matatus ont une grande place dans la façon dont les gens se déplacent », confie Loic Amado, manager pour Uber région Afrique de l’Est. Déjà implanté dans le pays, Uber possède déjà plus de 6.000 chauffeurs. Ce nouveau concept s’adresserait donc aux véhicules transportant au moins 16 personnes. Avec cette nouvelle fonctionnalité, les usagers eux, pourraient suivre et géolocaliser les bus.

L’idée semble plaire aux principaux concernés que sont les chauffeurs de matatus. Jackson Onyinkwa, président d’une des principales associations de matatus de Nairobi se prononce en faveur d’un tel projet. « Ca aiderait à réduire les temps libres où les minibus sont inoccupés pendant les heures creuses », a-t-il dit.

Laisser un commentaire