Rwanda : Kigali abritera la « Silicon Valley » africaine

A l’image de la « Silicon Valley » californienne, le Rwanda va lancer la construction de la Cité de l’innovation de Kigali (CIK)
SOURCE: PanorActu.com

APN – A l’image de la « Silicon Valley » californienne, le Rwanda va lancer la construction de la Cité de l’innovation de Kigali (CIK).

Il s’agit de la plus grande cité de l’innovation technologique sur le continent africain. Elle s’étendra sur 70 hectares au sein de la zone économique spéciale de Kigali – à quelques kilomètres de la capitale – et coûtera 2 milliards de dollars.

Cet espace prévoit de contenir des infrastructures universitaires capables d’accueillir près de 2600 étudiants par an et de les former aux nouvelles technologies. On y trouvera également des centres de recherche, des entreprises et des sièges d’entreprise du secteur des nouvelles technologies de l’information et des biotechnologies. La Cité de l’innovation de Kigali devrait attirer 300 millions d’IDE et créer près de 50.000 emplois. On estime également à 150 millions de dollars le montant que généreront les exportations dans le secteur des TIC.

Afin de matérialiser ce projet, le fonds d’investissement de la Banque africaine de développement « Africa50 » a débloqué 400 millions de dollars destinés à la construction d’infrastructures immobilières et de complexes commerciaux.

Dans ce pays où l’agriculture de subsistance reste le premier secteur d’activité, il semblerait que le président Kagame souhaite donner une nouvelle dynamique à l’économie du pays. En effet, la capitale est désormais dotée de plusieurs spots WiFi et 95% de la population devrait avoir accès à la 4G d’ici 3 ans.

De plus, le kLab – espace collaboratif permettant aux jeunes entrepreneurs de participer à des ateliers, des conférences, des concours et un suivi en termes de création d’entreprise et de projets dans le domaine des technologies – regroupe 85 membres et 11 start-ups.

Au milieu de nombreux projets liés au NTIC, la CIK devrait donc poursuivre l’objectif de faire du Rwanda un hub technologique panafricain.

Laisser un commentaire