Rwanda : l’auto-dépistage du VIH désormais possible

Rwanda Santé – Alors que le monde prépare la journée mondiale de lutte contre le Sida, le Rwanda acquiert un dispositif révolutionnaire. Un kit d’auto-diagnostic du virus de l’immunodéficience humaine (VIH).

Au Rwanda, plus besoin de se déplacer en laboratoire pour connaitre son statut sérologique. Grâce à l’auto-test OraQuick, il est désormais possible de faire son dépistage seul, à son domicile et connaitre son statut en moins d’une demi-heure.

Ce nouveau dispositif, facile d’utilisation, est fiable à 99,7%. Accessible à tous, il ne demande en effet aucune expertise médicale particulière. Contrairement au test sanguin, l’auto-dépistage OraQuick va rechercher des traces du virus dans la salive. Il se compose d’un tampon que les utilisateurs doivent frotter sur leurs gencives afin de récolter assez de salive. Le bâton est ensuite placé dans un récipient. Un résultat est visible sous une vingtaine de minutes en moyenne.

Un dispositif complémentaire d’accompagnement

Attention toutefois, il ne s’agit pas d’un dépistage à proprement parler. Si le test s’avère positif, il est préconisé que l’utilisateur confirme le diagnostic par des examens complémentaires plus poussés. De même, il peut exister des « faux négatifs », par exemple si la personne a été infecté trois mois avant le test. Le but ici n’est donc pas de remplacer le test sanguin. Le test salivaire OraQuick est à considérer comme un dispositif complémentaire.

Actuellement vendu à 5 dollars, le prix du test reste élevé pour un rwandais moyen. En effet, plus de 60% de la population vit sous le seuil de pauvreté.

Si l’avancée scientifique est saluée, de nombreux professionnels de santé à travers le monde émettent toutefois des réserves. Selon plusieurs psychologues, face à un diagnostic positif il laisse le potentiel malade sans accompagnement. Ils s’accordent sur la nécessité d’un encadrement des personnes face à la découverte des résultats.

Pour l’heure, le Rwanda se félicite de cette nouvelle acquisition. De nombreux kits gratuits ont été distribués aux populations. Le gouvernement espère qu’avec ce test rapide, les personnes seront plus enclin à se faire dépister et seront plus nombreux à vouloir à connaitre leur statut.

Laisser un commentaire