Rwanda : Licenciement de 200 policiers corrompus

Rwanda Actualité – Le Rwanda, 5e pays africain où la perception de la corruption est la plus faible en Afrique en 2016 selon l’ONG Transparency International, poursuit son combat contre la corruption, notamment, des fonctionnaires. Dernier coup d’éclat en date, le 4 février dernier, 198 membres de la police nationale ont été licenciés.

Ces licenciements sont intervenus suite à une réunion conduite par le Président de la République Paul Kagame en personne. Ladite réunion s’est penchée sur le cas de 200 policiers de divers grades, épinglés pour avoir commis de graves fautes professionnelles.

Selon les déclarations du Commissaire de police, Theos Badege, la plupart des policiers licenciés ont été impliqués dans des actes de corruption notamment pour avoir sollicité des pots de vin.

Il convient de noter que les policiers licenciés ont, préalablement, fait l’objet d’une procédure disciplinaire en vue d’examiner chaque cas afin d’avoir la certitude que les agents en cause ont bien commis l’infraction qui leur est reprochée.

Au dela du licenciement, qui est une sanction disciplinaire, les policiers concernés risquent de se voir infliger des sanctions pénales.

Le Commissaire a également rappelé que la confiance du public est essentielle pour les services de police rwandais et que de telles sanctions, prises contre les officiers, permettent de renforcer cette confiance.

Réaffirmation de la tolérance zéro en matière de corruption

Comme l’a indiqué Commissaire de police, Theos Badege, le rythme de lutte contre la corruption au sein des forces de police ou des autres institutions au Rwanda, est maintenu. Le mot d’ordre reste donc le même : « pas de pitié pour un officier corrompu, c’est un renvoi automatique des forces de police ».

Selon les statistiques officielles, l’année dernière seulement, près de 200 personnes ont été arrêtées pour avoir versé des pots-de-vin à des policiers. Par ailleurs, 80 agents de police ont été impliqués dans des malversations.

Cette lutte sans concession contre la corruption, chantier privilégié du Président de la République, Paul Kagame, qui l’a d’ailleurs réaffirmé lors d’un discours au Petit Stade Amahoro devant des milliers de leaders locaux de la ville de Kigali, a notamment connu une nouvelle impulsion suite à la publication des rapports de Transparency International et du Ministère de la Justice rwandais faisant état de plusieurs officiels des gouvernements locaux et agents de police impliqués dans des malversations diverses.

Laisser un commentaire