Scandale Nigeria : Un handicapé sauvagement battu par les forces de l'ordre

Capture d’ecran de la vidéo © @GALACTICOHD/TWITTER

La police nigériane a affirmé avoir arrêté deux de ses officiers accusés d’abus de pouvoir. Ces derniers ont été aperçus dans une vidéo brutalisant un handicapé.

Dans cette vidéo d’à peu près une minute, on y voit deux agents des forces de l’ordre en uniforme, s’en prendre à un handicapé lui assénant des coups avec ce qui semble être des matraques. Ce dernier serait accusé de s’être vêtu d’un habit de camouflage, fait interdit par la loi.

L’article 110 du Code pénal interdit le port d’habit de camouflage

Le port de vêtements de camouflage est interdit au Nigéria. En effet, l’article 110 du Code pénal nigérian stipule qu’il est illégal de porter l’uniforme des forces armées ou de s’habiller avec des vêtements « ayant l’apparence de ces uniformes ».

Cette loi fut adoptée, car certains criminels ont souvent porté des vêtements de camouflage pour mener des attaques. Alors que, d’autres se faisaient passer pour des soldats à d’autres fins criminelles.

Une vidéo devenue virale

La vidéo inculpant les deux militaires est devenue virale sur internet quelques heures après sa publication. Elle comptabilise déjà plus de 4 000 vues.

Cette dernière montrait deux militaires non identifiés fouettant un estropié, pendant qu’une foule de badauds incapables de réagir observe.

Un acte contraire au code éthique de l’armée

Hier, jeudi 09 février, l’armée nigériane dans une déclaration affirmait que l’incident s’est déroulé le 07 février à Onitsha dans l’état d’Anambra. Dans sa déclaration, le porte-parole, Sani Usman, affirmait que « le corps militaire a une tolérance zéro pour les actes d’indiscipline et contraire au code professionnel, particulièrement ceux violant les droits humains » et confirmait « que les soldats impliqués dans l’incident ont été depuis peu identifiés et appréhendés ». Aussi, Il a ajouté que ces derniers ont été inculpés pour agression physique sur un civil.

Par ailleurs, il a affirmé que l’armée a rappelé ses troupes à l’ordre, exigeant le respect des droits humains des citoyens afin de ne pas « porter atteinte à la bonne image de l’armée nigériane »

Cas isolé ou tendance répétée ?

Face à la vidéo, de nombreux Nigérians se sont plaints du manque de sanctions envers les soldats lorsque ces derniers font des excès. De même, les groupes de défense des droits de l’homme n’ont cessé d’accuser les militaires du Nigéria de commettre des exactions contre des civils, en particulier dans le nord-est du Nigéria, où ils combattent une insurrection de longue date du groupe islamiste militant Boko Haram.

Toutefois, Mr Usman a demandé à ce que le public considère cet « incident odieux » comme « un cas isolé qui n’est pas le véritable reflet de l’armée nigériane »

 

Laisser un commentaire