Une semaine seulement après son inauguration, l’aéroport Blaise Diagne subit sa première grève

Nouvel aéroport pour le Sénégal
L’interieur du nouvel aéroport Blaise Diagne

(APN) — Les contrôleurs aériens de l’aéroport international Blaise Diagne sont rentrés en grève jeudi réclamant de meilleures conditions de travail.

Les souvenirs de l’inauguration en grande pompe de l’aéroport Blaise Diagne le 7 décembre semblent déjà lointains. Une semaine après, ce jeudi, les aiguilleurs du ciel rentrent en grève pour une durée de 24 heures afin de réclamer l’amélioration de leurs conditions de travail. Selon le syndicat des aiguilleurs du ciel, l’ouverture d’une nouvelle station aérienne beaucoup plus moderne ne doit pas se faire au dépend du bien-être des employés.

Outre des augmentations de salaires, le problème de transport précédemment mis en exergue avant l’inauguration devient aujourd’hui majeur. Situé à environ 50 km au sud de Dakar, le prix de la desserte en taxi pose réellement un hic. Les tarifs sont situés entre 13.000 et 18.000. Seulement, les usagers trouvent les prix trop chers tandis que les chauffeurs de taxis pensent que le prix n’est pas assez élevé.

Le couac : la cherté du trajet entre Dakar et l’aéroport Blaise Diagne

Paul François Gomis, secrétaire général du syndicat des aiguilleurs du ciel au Sénégal est aussi revenu sur dilemme auquel doivent faire face les autorités sénégalaises. « Nous travaillons dans des conditions extrêmement difficiles. Nous n’avons pas suffisamment de temps de repos. Avec le déplacement de l’aéroport à Diass à une cinquantaine de kilomètres, il y a un problème de transport qui se pose. Ceux qui ont leurs voitures les prennent avec tout ce que cela implique comme frais supplémentaire de carburant et de péage. Les autres prennent le transport en commun » a-t-il déclaré.

Un mémorandum a été déposé auprès du ministre de tutelle. Ce dernier aurait reçu à deux reprises le syndicat mais selon Paul François Gomis, les propositions ne sont pas à la hauteur des attentes.

Cette grève a provoqué le mécontentement auprès des passagers. On les a débarqués de leur avion aux environs de 2 heures du matin sans aucune explication. La plupart d’entre eux habitant à Dakar, se sont plaints évoquant la cherté des transports tout comme les grévistes.

Laisser un commentaire