Sénégal-Justice : que reproche-t-on au maire de Dakar ?

Khalifa Sall, le maire de Dakar

Le maire de Dakar, Khalifa Sall devait être entendu ce lundi par un juge d’instruction dans l’affaire relative à la gestion du fonds d’avance de la municipalité qu’il dirige. Repoussé de 24h in extremis, cette audition attendue fera suite à une précédente convocation à la division des investigations criminelles (DIC) de la police nationale sénégalaise le mardi 21 février.

Considéré comme un grand rival au président Macky Sall, le maire socialiste de Dakar sera interrogé dans le cadre d’une affaire concernant la gestion des fonds de la caisse d’avance de l’agglomération qu’il dirige. Khalifa Sall et ses soutiens voient dans ces auditions un acharnement et des tentatives d’intimidations envers celui qui pourrait défier Macky Sall à la prochaine présidentielle.

Absence de pièces justificatives et falsification

Le duel à distance que se livrent Khalifa Sall et Macky Sall a connu une autre dimension avec la convocation à la DIC du premier cité en février et son audition attendue par un juge d’instruction le 7 mars. Khalifa Sall avait été auditionné à la police suite à un rapport de l’Inspection générale d’État (IGE) pour une affaire de malversation présumée. L’IGE aurait recommandé l’ouverture d’une information judiciaire suite à l’audit de la caisse d’avance de la maire de Dakar.

Censée servir à des opérations urgentes telles que la gestion des sinistres, l’IGE aurait constaté la réalisation de certaines opérations en l’absence de pièces justificatives. Certains médias locaux proches du régime de Macky Sall parlent également de la falsification de documents justificatifs et de fausses livraisons de produits vivriers.

Pour les proches du maire de Dakar, il n’y a eu aucune malversation financière imputable à l’édile de la capitale. Ils soutiennent que les fonds de la caisse d’avance de la ville ont été gérés conformément à leur usage et leur destination historiques.

«Un régime qui manipule la justice pour combattre son opposition»

Certains responsables politiques sénégalais s’interrogent sur le timing de cette affaire qui se déroule à quelques mois des législatives alors que la présidentielle est en ligne de mire. Ainsi Abdoul Mbaye, ancien premier ministre de Macky Sall et leader de l’Alliance pour la Citoyenneté et la Travail (opposition) a-t-il déclaré «Nous sommes face à un régime qui manipule la justice pour combattre son opposition».

Une autre figure de la politique sénégalaise, Jean-Paul Dias a mis en garde Macky Sall quant à sa volonté présumée de faire enfermer Khalifa Sall. «Que Macky Sall fasse très attention», s’est-il exclamé. Parlant de l’affaire Khalifa Sall, il a déclaré «Il faut arrêter de tenter de martyriser les gens sur de  faux détails comme ça. Je lui conseille de ne pas tenter de chercher à liquider ses adversaires politiques. Maintenant, s’il ne le fait pas tant pis ! Dieu sait ce qui se passera demain.»

Khalifa Sall, qui échange régulièrement avec Karim Wade sur ce qu’il considère comme une instrumentalisation de la justice, a indiqué qu’il ne se laissera pas faire.

Laisser un commentaire