« Senghor » Le futur programme Erasmus Europe-Afrique ? Une idée de Manuel Valls.

En mai prochain, les Français se rendront aux urnes pour élire leur nouveau président. En attendant, ce 29 janvier aura lieu le deuxième tour des primaires socialistes dans le but d’élire le candidat de gauche qui succédera à François Hollande.

Lors du dernier débat opposant les deux finalistes, Benoit Hamon à Manuel Valls, ce dernier a abordé un projet qu’il compte mettre en place s’il est élu. En effet, l’ancien Premier ministre a fait part de son envie de créer l’équivalent du programme Erasmus version africaine.

Eramus qu’est-ce que c’est ?

L’European Region Action Scheme for the Mobility of University Students ou plus couramment programme Erasmus, est un programme d’échange d’étudiants entre les universités européennes. Mis en place en 1987, ce programme permet aux étudiants de faire tout ou partie de leur scolarité dans l’université d’un autre pays européen que celui où ils résident.

Erasmus en quelques chiffres pour l’année 2013-2014 c’est 272 477 étudiants partis en mobilité. Parmi les destinations les plus populaires pour la même période, on retrouve l’Angleterre, l’Espagne, l’Allemagne ou encore l’Italie. Mais Erasmus ne s’adresse pas qu’aux étudiants. Toujours sur la même période, 57 488 enseignants ont pu bénéficier du célèbre programme d’échange, selon les données de la Commission Européenne.

L’Afrique, l’horizon de l’Europe

C’est au moment de sa « carte blanche », moment du débat où chaque candidat pouvait s’exprimer sur une proposition non abordée jusque-là, que Manuel Valls a choisi d’évoquer le sujet Afrique. Comme un clin d’œil aux électeurs africains binationaux, il a en une minute, résumé sa vision. L’idée de Manuel Valls serait donc de proposer aux étudiants africains de venir faire leurs études dans une université partenaire dudit programme, n’importe où en Europe. Et il semblerait qu’un nom ait même déjà été trouvé : Senghor. En l’honneur du poète  et ancien président sénégalais, Léopold Sedar Senghor.

L’adversaire de Benoit Hamon, voit à travers ce projet un moyen d’aider au développement de l’Afrique. Évoqué durant sa tournée africaine en automne dernier, Valls avait confié son désir d’aider le continent à se développer. « L’Afrique c’est l’avenir » avait-t-il déclaré. Souhaitant « regarder vers demain » avec l’Afrique, cette proposition serait un moyen de renforcer encore les liens entre les deux continents.
Que de promesses durant cette pré-campagne !  L’on dit souvent que « les actions parlent plus fort que les paroles », une fois élu, il faudra tenir parole. Mais dans le cas de Manuel Valls, encore faut-il premièrement remporter les primaires socialistes. Même si les sondages le donnent (déjà) perdant, rien n’est encore joué pour celui qui est arrivé second au premier tour de la primiaire.

Laisser un commentaire