Somalie : la sécheresse cause 110 décès en 48 heures

La famine fait rage en Somalie.

L’annonce a été faite par le Premier ministre somalien Hassan Ali Khaire. Jeudi et vendredi, cent dix personnes environ sont mortes dans le sud de la Somalie. Ces décès sont la conséquence de la sécheresse.

C’est dans un communiqué datant du 5 mars que le Premier ministre somalien a fait cette annonce qui sonne comme un cri d’alerte. « Environ 110 personnes sont mortes ces 48 dernières heures à cause de la sécheresse et de diarrhées sévères dues à l’eau dans les régions du sud de la Somalie, en particulier dans les régions de Bay et Bakool ».

Hassan Ali Khaire a ensuite exhorté les Somaliens à aider leurs compatriotes touchés par la famine. « Les Somaliens, où qu’ils soient, doivent sauver leurs frères dans le besoin, qui mourront de faim si on ne les aide pas », a-t-il dit.

Il a aussi indiqué que la priorité du gouvernement « sera de venir en aide aux gens qui ont été touchés par la sécheresse ».

UNE CRISE HUMANITAIRE ET DES CHIFFRES AFFOLANTS

Dans la région de Bay, les autorités locales du village d’Awdiinle ont précisé la cause de la mort de soixante-neuf personnes. C’est en majorité des personnes âgées et des enfants qui sont décédés de diarrhées causées par l’eau.

Joint au téléphone par l’AFP, un responsable local s’est exprimé sur la situation alarmante que traverse son village.

« Il n’y a pas de médicament et la maladie est maintenant devenue une épidémie », a-t-il déclaré avant de lancer un appel à l’aide « C’est à cause de la sécheresse qui a provoqué une pénurie généralisée d’eau. Nous avons besoin de l’aide des agences humanitaires ».

En effet, les ONG et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) estiment que la moitié de la population (6,2 millions d’individus) aurait besoin d’une aide humanitaire urgente. Cette sécheresse entraîne la propagation de diarrhées aiguës, de rougeole et de choléra dans un pays déjà au bord de la famine.

Ce sont 5,5 millions de personnes qui risquent de contracter des maladies transmises par l’eau et 3 millions de personnes menacées par la famine.

« CATASTROPHE NATIONALE » en Somalie

Le 28 février dernier, le Président somalien Mohamed Abdullahi Mohamed a décrété la sécheresse « catastrophe nationale ». La Présidence a ensuite appelé la communauté internationale à agir sur la question.

« Le président a appelé la communauté internationale à réagir de façon urgente à la catastrophe afin d’aider familles et individus à se remettre des effets de la sécheresse pour éviter une tragédie humanitaire ».

C’est la troisième fois en vingt-cinq ans que le pays est au bord de la famine a averti l’Organisation mondiale de la Santé ce lundi.  La dernière en date était 2011. La crise climatique additionnée au conflit avec les Chabab a tué 260.000 personnes.

Aujourd’hui, le Nigéria est avec la Somalie au bord de la famine. Déclarée au Soudan du Sud, elle touche déjà 100.000 personnes. Avec le Yémen, ce sont 20 millions de personnes qui risquent de mourir de faim si la crise n’est pas résolue.

Laisser un commentaire