Soudan : Le poste de Premier ministre désormais pourvu après 28 ans de vacance !

Le président soudanais a nommé un premier ministre, ce qui n’était pas arrivé depuis 28 ans © Press TV

Ce jeudi 2 mars 2017, Bakri Hassan Saleh, ex-premier vice-président d’Omar El-Béchir, a été nommé Premier ministre du Soudan par ce dernier. Une première depuis de longues années, car cette fonction n’avait plus été occupée depuis 1989, avec l’accession de l’actuel président soudanais au pouvoir.

C’est Bakri Hassan Saleh, proche collaborateur d’Omar El-béchir; qui devient le chef du gouvernement soudanais. L’homme politique soudanais aura donc la responsabilité du pouvoir exécutif, détenue cumulativement jusqu’ici par le président lui-même.

Un nouveau Premier ministre en 28 ans

Le pays n’avait plus eu de Premier ministre depuis 1989, lorsqu’à la suite d’un coup d’État, Omar El Béchir s’était emparé du pouvoir. Il renversait alors le Premier ministre de l’époque, Sadeq al-Mahdi, et le président Ahmed al-Mirghani.

Le nouveau représentant de la primature soudanaise s’est dit honoré et reconnaissant de la confiance qui lui a été accordée par le président de la République. Il espère aussi se montrer digne des attentes faites sur sa personne. De plus, il a également indiqué que les missions du gouvernement dont il aura la charge seront le reflet du dialogue national tenu cinq mois auparavant, avec en principaux axes «la réalisation de la paix et la stabilité et l’amélioration des moyens de subsistance du peuple soudanais.»

Un Premier ministre, une exigence du dialogue national

Suite aux nombreuses difficultés qui secouent le pays depuis de nombreuses années, le président Omar El-Béchir a appelé les forces vives de la nation à un dialogue national sur la situation économique et politique du Soudan. Ainsi en octobre dernier, malgré les réticences et un appel au boycott, de nombreuses figures politiques soudanaises se sont mises d’accord sur de nombreux points afin de stabiliser le pays. Parmi ces points, il a été demandé au chef de l’état, la nomination d’un Premier ministre, chef de l’exécutif, à la tête d’un gouvernement d’ouverture.

Le Comité supérieur pour le suivi de la mise en œuvre des résultats du dialogue national, en réunion le 28 février, a donc rappelé et mandaté le chef de l’état, présent, de la nomination d’un Premier ministre. Deux jours plus tard, Khartoum annonçait la nomination de son nouveau premier ministre. Celui-ci  occupera par ailleurs, les postes de Premier ministre et premier vice-président simultanément. Cette double fonction a suscité quelques réactions dans l’opinion politique qui parle de chevauchement de pouvoir. Cependant , la nomination d’un Premier ministre plus de 20 ans après est déjà un grand pas vers le processus de réconciliation et de stabilisation du Soudan.

Laisser un commentaire