Santé : test d’un nouveau vaccin pour lutter contre le paludisme

Le nouveau vaccin contre le paludisme développé par GlaxoSmithKline
Le nouveau vaccin contre le paludisme développé par GlaxoSmithKline © medicalnewstoday.com

Actualité Afrique – L’Organisation mondiale de la santé avait annoncé il y a plusieurs mois déjà le test d’un nouveau vaccin pour lutter contre le paludisme. En effet, trois premiers pays ont été choisis pour recevoir les premières doses, il s’agit du Ghana, du Malawi et du Kenya. Ces trois pays bénéficieront de ce vaccin d’un nouveau genre.

Le moquirix est un nouveau vaccin qui pourrait permettre de lutter contre le paludisme, cette maladie à l’origine d’un taux de mortalité important sur le continent.

L’OMS choisit trois pays les plus touchés par le paludisme pour faire un test de Moquirix

Le paludisme est très répandu dans les pays d’Afrique à climat équatorial. Plusieurs pays d’Afrique y sont confrontés. Un vaccin d’un nouveau genre contre le paludisme avait été annoncé en novembre dernier par l’Organisation Mondiale de la Santé. Ce vaccin contre le paludisme sera testé dans trois principaux pays d’Afrique subsaharienne. Les premières doses seront destinées aux malades du Kenya, du Ghana et du Malawi. Ce vaccin n’a pas encore totalement prouvé son efficacité, cependant l’OMS espère qu’il pourra réduire les cas de maladie.

Développé par GlaxoSmithKline en partenariat avec l’ONG Path malaria vaccine, le nouveau vaccin  « Mosquirix » a reçu en juin 2015 sa validation par l’agence européenne du médicament. En appelé « RTS S/AS01 » ce vaccin est destiné pour l’instant aux enfants de bas âges (Moins de deux ans). Ils auront droit à quatre doses de vaccin. Selon des tests menés de 2009 à 2014 sur plus de 15.000 personnes, il a permis de réduire les cas de maladie sur une période de 4 ans minimum. Les premières doses seront données entre 2018 et 2020 à 360.000 enfants.  

Plusieurs mesures préventives comme l’utilisation des moustiquaires imprégnées ou la pulvérisation d’insecticides ont été prises pour lutter contre le paludisme. Nous pouvons également compter les traitements préventifs pour les nourrissons pendant la grossesse qui sont plus ou moins efficaces. Le paludisme fait toujours partie des premières maladies qui causent la perte de plusieurs africains. Il est à l’origine d’un fort taux de mortalité dans le continent. En 2015 par exemple, plus de 429.000 personnes selon l’OMS ont été tuées par cette maladie.

Laisser un commentaire