Togo : Cina Lawson, des diplômes, des nominations pour quelles réalisations ?

Cina Lawson
Cina Lawson

Togo Politique – La ministre togolaise très controversée Cina Lawson a selon toute vraisemblance abandonné son poste depuis environ deux mois et demi, et la question de la réaction du président Faure Gnassingbé déchaîne les passions. Cina Lawson avait tout pour être une star au sein du gouvernement togolais. Formée en économie appliquée et en finance au prestigieux Institut d’Études politiques de Paris, en histoire à l’université Paris X puis à Harvard, la politicienne de 44 ans a un CV qui en ferait rêver plus d’un.

Commencer sa carrière à la Banque Mondiale avant de rejoindre le groupe Orange France ne nuit pas non plus, en règle générale. Madame Lawson a donc suscité plus d’attentes que de questions lorsqu’elle a rejoint le gouvernement togolais au ministère des postes et de l’Économie numérique en tant que spécialiste des télécommunications en 2010. Hélas, son parcours depuis peut être résumé comme une belle déception.

Du strass et des paillettes

L’épreuve de la réalité n’a pas réussi à Cina Lawson. À part avoir réussi à se rendre indispensable au président Faure Gnassingbé, les accomplissements de la professionnelle des télécommunications sont rares et discutables. Jeune leader mondial, d’après le Forum Économique Mondial, Madame Lawson peut également s’enorgueillir d’avoir été considérée comme l’une des femmes les plus influentes sur le continent selon Forbes et le magazine Jeune Afrique. Beaucoup de bruit pour rien, à en croire le Togolais moyen qui devrait être le seul juge. Incapable de redresser la situation précaire de Togolécom due à une gestion désastreuse, la ministre fantôme n’a rien pu faire non plus pour améliorer le rapport qualité-prix des réseaux de communications de son pays. La vitesse d’Internet, par exemple, est tellement problématique qu’elle constitue maintenant un véritable frein au développement du Togo. Madame Lawson a multiplié les déclarations vides, parfois contradictoires ou même carrément scandaleuses, mais aucune de ces belles (ou moins belles) paroles ne s’est traduite en résultat concret.

Le ministère des postes et de l’Économie numérique

On peut reprocher beaucoup de choses à Madame Lawson mais certainement pas de ternir l’image de son ministère qui jouit déjà d’une réputation peu enviable. Le ministère des postes et de l’Économie numérique est connu comme une structure fantôme au fonctionnement discutable. En effet, ce cabinet n’a pas d’organigramme, de secrétaire général ou même de directeur, en tout cas plus depuis la démission du dernier à avoir occupé cette fonction suite à la nomination de Romain Tagba à la tête de Togolécom. Cette situation est encore plus embarrassante lorsque des émissaires internationaux représentant des instances telles que le FMI ou la Banque Mondiale ne trouvent personne à qui parler de la direction des projets ou des nouvelles technologies.

La fonctionnaire en fuite

Dans un geste qui aurait fait sourire s’il s’agissait de l’intrigue d’une série télévisée, Madame Lawson a quitté le pays il y a déjà plus de deux mois (avec sa mère et sa sœur), prétextant une obscure mission vers une destination inconnue. Toutefois, même les plus naïfs ne peuvent ignorer qu’il est interdit pour les fonctionnaires détachés à l’étranger de passer plus de deux semaines à l’extérieur du pays. Le ministère de madame Lawson est complètement paralysé de par son absence et l’organisation aberrante du cabinet. Qu’attendent le chef du gouvernement ou le président Gnassingbé pour réagir ?

 

Laisser un commentaire