Togo : Pass Africa, une nouvelle application de billetterie en Afrique francophone

Pass Africa, l’application togolaise de billetterie en ligne © tech228

Pass Africa est une application mobile de billetterie créée par la société d’informatique de droit togolaise E-Lumya. Lancée en fin janvier 2017 simultanément dans sept pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale (Togo, Bénin, Gabon, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Sénégal et Cameroun), elle ambitionne de révolutionner l’évènementiel, grâce au numérique.

Pass Africa met à la disposition des promoteurs de tous types d’évènements (conférences, concerts, spectacles, showcases, galas, festivals, etc.) un outil, géré par E-Lumya, leur permettant de suivre les inscriptions et la gestion des participants à distance. Le processus d’adhésion consiste à créer un compte sur l’application et à remplir un formulaire décrivant l’évènement, y compris l’affiche ou le visuel.

Une fois validé, des tickets sont automatiquement générés en code QR. À partir de là, E-Lumya se charge de gérer l’évènement pour le promoteur : enregistrer les participants, percevoir les recettes et clôturer les achats de tickets. L’application peut également servir pour des évènements non payants dont les organisateurs souhaitent confier la gestion à la société. En retour, la société perçoit une commission qui est négociée à l’avance.

Étendre la culture du numérique

Au niveau des clients, lorsqu’ils ont acheté leur ticket via mobile money, il leur suffit de présenter le e-ticket sur leur téléphone mobile une fois arrivé à l’évènement. Ainsi, ce service se veut pratique puisqu’il permet aux clients de gagner du temps et aux organisateurs de sous-traiter une partie de l’évènement.

L’application s’avère être plus prisée dans les pays comme la Côte d’Ivoire et le Cameroun où les évènements dans les secteurs des divertissements et des conférences sont pléthoriques et les promoteurs d’évènements sont toujours à la recherche d’approches pratiques et innovantes et d’une expérience client hors pair. La faible utilisation de l’application s’explique en partie par le peu de culture numérique des populations et par l’usage encore restreint du mobile money dans certains pays.

 

Laisser un commentaire