Transport aérien : Air France-KLM va accroître sa participation au capital d'Air Côte d'Ivoire

Un Airbus A380 d'Air France et une vue de la flotte d'Air Ivoire
Un Airbus A380 d’Air France et une vue de la flotte d’Air Ivoire

ACTU CÔTE D’IVOIRE – Le groupe franco-néerlandais Air France-KLM a annoncé plus tôt ce mois-ci son intention d’augmenter sa participation au capital de la jeune compagnie Air Côte d’Ivoire.

Suite à une rencontre le 2 mars dernier avec le président Alassane Ouattara, le PDG d’Air France-KLM a annoncé sa volonté d’aller de l’avant dans le financement et le soutien opérationnel et commercial d’Air Côte d’Ivoire. Rappelons que cette compagnie se développe rapidement et que son aéroport Abidjan-Félix Houphouët-Boigny est le seul en Afrique à être desservi deux fois par jour par des Airbus. Cette collaboration accrue et soutenue par les autorités ne manquera pas de renforcer les liens franco-ivoiriens et d’améliorer la situation des sociétés locales et françaises basées sur le territoire ivoirien.

Cette entente semble donc mutuellement bénéfique mais il n’en demeure pas moins essentiel de considérer les causes de l’engouement pour le gouvernement d’Alassane Ouattara à céder encore plus de parts d’un joyau national à un groupe franco-néerlandais. Les motifs d’Air France-KLM sont quant à eux beaucoup plus clairs.

Un rapport de force qui se dessine

Dans les mois qui suivent, la capitalisation d’Air Côte d’Ivoire devrait atteindre les 100 milliards de FCFA ou environ 152 millions d’euros. Au début de l’année passée, une première vague de financement massif avait fait entrer en scène de nouveaux investisseurs dont notamment la Banque Ouest-Africaine pour le Développement (BOAD). Cette fluctuation de la valeur de la compagnie avait eu pour conséquence de réduire la part d’Air France-KLM presque de moitié (de 20% à 10,8%).

En fonction des fonds alloués par les autres parties au développement d’Air Côte d’Ivoire, le groupe franco-néerlandais pourrait se retrouver dans une position très dominante au sein de la compagnie africaine en plein essor. Le gouvernement ivoirien reste bien entendu l’actionnaire majoritaire avec une participation oscillant entre 50% et 55%. Le fond d’investissement ivoirien Golden Road détient environ 15% des parts, divers investisseurs privés contrôlent 10% des actifs et la BOAD 7% à 8%. Il est donc facile d’imaginer un scénario où la contribution d’Air France-KLM en ferait le deuxième acteur majeur dans le destin d’Air Côte d’Ivoire avec le pouvoir décisionnel et le rapport de force que cela implique. Affaire à suivre…

Laisser un commentaire