Tribune : la députée Danièle Obono ou la nouvelle cible de l’extrême droite fasciste

La franco-gabonaise Danièle Obono
La franco-gabonaise Danièle Obono

Danièle Obono, à peine élue dans la 17e circonscription de Paris, sous l’écurie de la LFI « La France insoumise » de Jean Luc Mélenchon, est déjà dans la ligne de mire d’un « machisme » entremêlé d’un « racisme » à peine voilé, selon les termes utilisés par Mélenchon lui-même pour défendre sa députée. Aujourd’hui, les réseaux sociaux et les médias traditionnels proches de l’extrême droite hystérique s’activent à sous entendre qu’on ne peut être noire et députée en France sans être capable de répéter machinalement « Vive la France » pour peu que la « bien pensance » condescendante le demande.

On reproche à la députée franco-gabonaise, non seulement d’avoir signé la pétition soutenant Saïdou du groupe de Rap ZEP (ZONE D’EXPRESSION POPULAIRE) et Saïd Bouamama, un sociologue, mis en examen pour la chanson « Nique la France ». On lui reproche également d’hésiter de répéter « Vive la France » du fait qu’elle soit députée de la République. La plainte contre la chanson avait été déposée par l’Alliance générale contre le racisme et pour le respect pour l’identité française et catholique (AGRIF). Le refrain de la chanson ne passe pas par mille chemins pour dénoncer avec des propos francs et plutôt tranchants « Nique la France et son passé colonialiste, ses odeurs, ses relents et ses réflexes paternalistes/Nique la France et son histoire impérialiste, ses murs, ses remparts et ses délires capitalistes. » Mais comment est née la polémique ?

Retour sur l’émission de RMC à l’origine de la polémique qui en dit long

C’est ce mercredi 21 juin que la députée Danièle Obono a été reçue à l’émission « Les Grandes Gueules » sur RMC. Jusqu’aux dernières minutes de l’émission, le débat semble se dérouler normalement. C’était sans compter sur la dernière cartouche du journaliste Alain Marshall et toute son équipe plutôt bien positionnés en ligne sur le plateau, à l’image d’une défense qui aurait préparé un sale coup à un jeune joueur impressionnant sorti tout droit de l’école de foot.

C’est le capitaine Alain Marshall lui-même qui lance les hostilités « Vous êtes députée de la République, avec une écharpe bleu-blanc-rouge, et vous avez signé une pétition en faveur de la chanson « Nique la France » du groupe ZEP. Est-ce qu’en tant que députée, vous êtes fière de l’avoir fait ? ». Question à laquelle Danièle Obono répond sereinement : « C’était pour défendre la liberté d’expression de ces artistes, ça fait partie des libertés fondamentales ». Sur un plateau normal, dans une émission normale, devant des journalistes normaux, cette réponse suffisait et allait même au-delà de ce qu’on aurait pu espérer : elle comblait les vides les sens et les non-sens. Mais comme le plateau était imbibé de haine sous jacente contre une jeune noire plutôt brillante et imprévisible, la ligue d’Alain Marshall a rebondi pour tirer la députée vers un terrain boueux sur lequel elle ne voulait évidemment pas aller : « Est-ce que vous pouvez dire ‘’Vive la France ?’’ ». La députée hésite, ensuite elle admet « …oui je peux dire vive la France », enfin elle s’interroge « …mais pourquoi vive la France ? ». La question vaut pourtant son pesant d’or. Mais la fameuse ligne de la conscience bien pensante renchérit de plus belle : « Avec votre parcours, maintenant que vous êtes devenue députée de la République, c’est…enfin, ça me paraît bizarre ». Mais Obono, fidèle insoumise, fille d’un dinosaure insoumis au système dictatorial gabonais depuis des décennies, et ayant vu le coup venir, tourne l’attaque en dérision « C’est le 14 juillet ? (…) vous voulez aussi que je me mette au garde-à-vous et que je le mette à chanter la Marseillaise ? (…) Je ne me lève pas un matin en disant Vive la France »

Danièle Obono une insoumise et surtout une femme à la tête bien faite

Il suffit de regarder le parcours de cette jeune députée pour comprendre le système de pensée politique dans lequel elle s’inscrit. En effet, il en ressort qu’elle n’est pas là par hasard, ni pour satisfaire une certaine concupiscence politique, et encore moins pour donner de la couleur à un tableau trop monolithique. Obono, comme son père, l’intraitable homme politique dit « le candidat des Makaya (des pauvres) », l’inoxydable Edzodzomo Ella, a fait de grandes études dans des écoles et universités crédibles. Bibliothécaire de profession, mais à la base diplômée en Sciences politiques et  Docteur en Anthropologie, la députée de « La France Insoumise » ne peut se laisser tarabuster facilement par des journalistes en quête d’audience sur un plateau à la tonalité fasciste et neurasthénique. L’autre question est de se demander qu’en tant que qui et au nom de quoi, Alain Marshall et sa ligue d’aigris se permettent de vouloir soumettre une élue du peuple à une espèce d’examen de conscience pire à un minable test de patriotisme ? Combien de fois a-t-on déjà demandé aux Français naturalisés en Afrique et exerçant des fonctions politiques de crier Vive l’Afrique ? Si la pétition posait vraiment problème, pourquoi Noël Mamère, Oliviers Besancenot, Eva Joli ou Clémentine Autain tout aussi signataires, n’ont-ils jamais été interpellés sur le fait ?

Faut-il le rappeler, Obono est une élue comme bien d’autres. Cela veut dire qu’elle a convaincu un électorat uniquement par son message et son combat politique. On ne se lève pas un matin pour aller s’asseoir à l’Assemblée Nationale française. Faut-il aussi rappeler qu’Obono est avant tout militante dans les associations qui luttent contre les discriminations et les injustices de tous genres ; elle a toujours été pour la cause des quartiers populaires ; et à point nommé, pour les libertés fondamentales, notamment la liberté d’expression et le droit de vote des étrangers. Obono est altermondialiste, féministe et antiraciste. C’est le lieu de le dire, Obono a une conscience politique affirmée sur le plan social, parce que reçue en héritage depuis son berceau natal.

Ce que l’on peut retenir

En somme, voilà le parcours exceptionnel d’une jeune femme de 36 ans qui a mérité la confiance de Jean Luc Mélenchon pour travailler à ses côtés depuis la dernière élection présidentielle 2017. Election où son candidat est allé jusqu’au second tour, soutenu par des millions de français. En effet, il en faut rarement plus pour mériter une place dans l’hémicycle du parlement français qui héberge à jamais l’ombre d’Alexis Briand, Jean Jaurès, Jules Ferry, Georges Clemenceau, ou encore Félix Eboué, Hilaire Aubame, Aimé Césaire et plus récemment l’irrésistible Christiane Taubira. Sur la trace de ces figures insoumises de l’histoire politique, Obono a su imprimer sa couleur sur la gueule des sectateurs de la bêtise idéologique. Autrement dit, elle n’est pas une conscience de la répétition des slogans complaisants. Il en faudrait plus pour la réduire à une image infantilisante qu’on veut chaque fois donner aux hommes et femmes politique d’origine étrangère. D’autre part, l’insoumission qui fait polémique aujourd’hui n’est-elle pas révélatrice de la température que prendront bientôt les débats à l’Assemblée Nationale française ?

0 Comments on this Post

  1. Cracker

    Il faut lui retirer la nationalité française et l’expulser au Gabon.
    Dehors les racistes anti-blancs !
    Dehors les intégristes de tous poils, les radicalisés, les émeutiers, les casseurs !

    Répondre
    • Sidiky SANOGO

      Je vous mets au défi de me définir le racisme sous toutes ses formes. le Blanc et le Noir sont de la même « Race humaine »? Au moins elle mérite déjà sa nationalité française, car rentrée légalement en France, ayant des titres de séjour successifs, satisfaire aux exigences de la naturalisation française. Devenue Députe au parlement français sans être une marcheuse !!!!! Vous , vous avez fait quoi pour mériter la nationalité française, connaissez vous ce qu’elle signifie? savez vous l’histoire de la France avant Clovis à la Vème République?Les Institutions en France? Si vous parvenez à me répondre de toutes ces questions de façon rationnelle, je vous prouverais que Mme OBONO est une française à part entière et qu’elle adhère aux valeurs de la République Française. Je ne suis pas de son Parti, elle est ma députe, je suis Malien, elle est française/ Gabonaise, mais la haine ne doit pas nous conduire à la folie mensongère. Merci, je suis le petit Malien de Crimée,SS

      Répondre

Laisser un commentaire