Zambie : la population consultée sur le retrait du pays de la CPI

Populations de Zambie
Crédit photo : zimeye.net

ACTU ZAMBIE – La Zambie doit-elle se retirer de la Cour pénale internationale (CPI) ? C’est en substance la question qui sera posée aux populations zambiennes pendant la consultation nationale qu’organise le gouvernement du président Edgar Lungu. Les résultats de ces consultations permettront  d’arrêter la position officielle de la Zambie sur le statut de Rome qui crée la CPI et dont cet État d’Afrique australe est signataire.

Des consultations géantes vont être organisées à travers les 30 districts de la Zambie pour recueillir l’opinion des populations sur la CPI. En effet, depuis plusieurs mois la classe politique est divisée sur le retrait ou non du pays parmi les membres de ce tribunal supranational.

Tenir compte de l’avis des populations zambiennes

Pour la réussite de ces consultations, le gouvernement compte mobiliser près de 400 000 US Dollars. Le 24 mars, le ministre de la Justice Given Lubinda a annoncé qu’à l’issue des consultations, un rapport sera adressé au gouvernement qui en tiendra compte pour arrêter la position définitive de la Zambie par rapport à la CPI.

De son côté le président Edgar Lungu voit dans cette consultation un exemple de démocratie participative.

Depuis quelques années, des pays africains se plaignent que leurs ressortissants soient les seuls ciblés par la CPI. Ces dénonciations se sont accrues depuis que le tribunal de La Haye s’est intéressé à des affaires concernant le président soudanais Omar El-Béchir et le président Kenya Uhuru Kenyatta.

Plusieurs pays à l’instar du Burundi, du Kenya, de l’Afrique du Sud ou de la Gambie avaient annoncé leur volonté de se retirer de la CPI.  Avec l’arrivée au pouvoir d’Adam Barrow, la Gambie s’est rétractée. Quant à l’Afrique du Sud, elle y a provisoirement renoncé.

Laisser un commentaire